Un groupe d'étudiants de la Cornell University a développé un clavier numérique capable de détecter nos émotions.

Keymochi est un clavier numérique pour smartphones qui se différencie beaucoup de ses concurrents, puisqu’il se veut capable de détecter notre humeur selon notre utilisation.

Développée par trois étudiants de technologie de la Cornell University — Hsiao-Ching Lin, Huai-Che Lu et Claire Opila –, l’application analyse notre vitesse de frappe, nos changements de ponctuation, les mouvements de notre smartphone, les moments de la journée, le nombre d’effacements et d’autres éléments pour deviner nos émotions. Les premiers résultats montrent 82 % de succès.

82 % de bons résultats.

Les utilisateurs peuvent aider l’I.A. du clavier en choisissant une image parmi les 16 présentées par l’app pour mieux identifier leur humeur. Quand les SMS sont envoyés, les informations, chiffrées, sont archivées dans la base de données de Keymochi. L’application, dotée d’un système d’apprentissage, développe ensuite des algorithmes spécifiques sur l’utilisateur.

Huai-Che Lu souligne : « Pour nous, la détection d’émotions est fascinante parce que c’est une partie manquante des communications entre les humains et les I.A. d’aujourd’hui. Imaginez un chatbot qui peut vous conseiller une chanson thérapeutique quand vous êtes tristes ou de respirer profondément quand nous sommes nerveux. »

keymochi-screenshot21

En effet, l’objectif de Keymochi est de réaliser une application qui puisse reconnaître nos émotions pour interagir avec d’autres équipements, comme Opila l’explique : « Quand une personne triste rentre chez elle, les lumières peuvent se régler pour une luminosité plus agréable ou un appareil connecté peut jouer sa chanson préférée.  »

Pour le moment, ce clavier n’est pas encore disponible au grand public, mais les développeurs souhaitent publier, en open source, différents composants du logiciel pour qui pourront être utilisés dans d’autres projets (et notamment s’intégrer à CareKit ou HealthKit).

Cependant, l’équipe de jeunes développeurs se tourne déjà vers de nouveaux projets, qui encadreront notamment les activités de travail et nous aideront à stimuler notre productivité. Opila conclut : « Avec ce système hautement personnalisé qui est adapté à l’utilisateur, nous pouvons comprendre les émotions de quelqu’un dans une variété de situations tout au long de la journée. »

Partager sur les réseaux sociaux