Le réseau social au 1,7 milliard d'utilisateurs teste une fonctionnalité qui permet aux entreprises de publier directement des offres d'emploi sur leur page. LinkedIn a de quoi s'inquiéter en cas de succès.

Après s’être attaqué à Craigslist, leader anglophone des sites d’annonce entre particuliers, avec le lancement de son propre service intitulé Marketplace, Facebook se positionne désormais en concurrence avec LinkedIn sur le marché du travail. Aux États-Unis, l’onglet « Offres d’emploi » a fait son apparition dans les options réservées aux administrateurs de pages, accompagné d’une brève description : « Vous embauchez ? Postez une offre sur votre page. Vous pouvez désormais partager toute ouverture de poste avec vos utilisateurs. C’est gratuit ! »

Une nouveauté confirmée par un porte-parole de l’entreprise contacté par TechCrunch  : «  Nous nous sommes basés sur les pratiques observées sur Facebook, où beaucoup de petites entreprises publient leurs annonces d’embauche sur leur page, pour tester une fonctionnalité qui permet aux administrateurs de créer des annonces d’embauche et de recevoir des candidatures. »

Facebook
Facebook

Les entreprises peuvent ainsi publier une annonce contenant l’intitulé du poste, le salaire proposé et sa nature (temps partiel ou temps plein). Ce format spécifique pourrait permettre de mettre en valeur ce type d’annonces dans les fils d’actualité souvent chargés des utilisateurs.

Côté candidat, un bouton « postuler » apparu sur la page de l’entreprise mâche le remplissage du formulaire à remplir puisqu’il s’appuie directement sur les informations contenues dans les profils publics de ses utilisateurs. Un gain de temps censé permettre de multiplier les envois auprès de différents recruteurs, qui tire aussi profit des informations de parcours (formation universitaire, emploi…) présentes sur Facebook depuis des années.

La fonctionnalité tire profit des informations de parcours présentes sur Facebook depuis des années

Pour cette phase d’essai, Facebook espère ouvertement inciter les professionnels à utiliser sa fonctionnalité de discussion instantanée : les messages envoyés par les postulants seront directement reçus dans la boîte Messenger de la page. Les entreprises seront aussi incitées à payer pour faire connaître leurs annonces au plus grand nombre, en ciblant spécifiquement les profils qui correspondent à leur recherche grâce aux informations partagée par les utilisateurs sur leurs précédents postes ou formations.

Si la fonctionnalité n’en est qu’à sa phase de test — et que Facebook n’est pas à l’abri de débordements comme pour Marketplace –, LinkedIn peut s’inquiéter en cas de succès : ses 467 millions de membres pèsent peu face au 1,7 milliard d’utilisateurs revendiqués par Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés