Google lance un programme qui invite les membres de YouTube à devenir des « héros » de la plateforme. Comment ? En participant aux sous-titrages des vidéos, en aidant son prochain et en signalant plus activement les messages litigieux.

YouTube est un endroit formidable pour voir des vidéos sur des sujets très divers. On peut y voir des sketchs, des concerts, des reportages, des guides, des témoignages, des réactions, des cours et encore bien d’autres contenus. Il y a assez pour satisfaire les goûts de tout le monde. Hélas, il y a un domaine dans lequel YouTube n’a jamais vraiment brillé : sa communauté.

Non pas que tout est à jeter. Il y a de nombreux participants qui alimentent utilement la discussion dans les commentaires ou qui sont simplement amusants à lire, même s’ils peuvent parfois être hors sujet. Mais à côté de ça, il peut y avoir du spam et des réactions déplacées qui ne cadrent pas avec le règlement édicté par la plateforme de vidéos. Ce sont ces messages, essentiellement des trolls, des insultes et des messages de haine, que le site veut neutraliser.

Pour y parvenir, Google vient de lancer un tout nouveau programme baptisé YouTube Heroes. Le but ? Que la communauté contribue plus activement à la surveillance de ce qui est publié sur le service, en lui tendant une jolie carotte : plus les membres font preuve de zèle, plus vite ils progresseront dans le système de niveau mis en place par YouTube pour les récompenser.

Le dispositif, qui existe déjà pour Google Maps, comporte cinq niveaux. À chaque palier, l’utilisateur accède à des « récompenses » qui sont soit des nouveaux outils de modération (tableau de bord pour la modération, outils de signalement de masse) soit des petits avantages (ateliers de formation, aperçu de nouveaux produits, possibilité de contacter directement certains employés de YouTube).

Signaler les commentaires, faire des sous-titres, aider son prochain sont les trois manières de gagner des points

Pour être un « héros », il n’y a pas besoin de se restreindre à de la modération en signalant les vidéos ou les réactions inappropriées. Les points peuvent aussi être obtenus en contribuant plus positivement, soit en participant au sous-titrage d’une vidéo pour qu’elle puisse être plus facilement comprise dans une autre langue, soit tout simplement en aidant un autre membre dans les commentaires.

Il n’est pas dit si les messages signalés par ces super-utilisateurs seront traités en priorité par l’équipe de modération. Cela aurait du sens de se concentrer d’abord sur leurs alertes puisqu’on peut supposer que ces participants tiennent leur rôle à cœur. Une chose est sûre : ils n’ont pas le droit de retirer eux-mêmes les messages, afin d’éviter qu’ils ne soient tentés d’abuser de leur pouvoir.

Faut-il voir dans cette annonce l’aveu indirect de Google sur l’échec de la modération sur YouTube ? Les esprits malicieux diront que la firme de Mountain View n’a jamais vraiment essayé de mettre de l’ordre dans les commentaires, même si des tentatives ont existé par le passé, comme le fait d’imposer le vrai nom sur YouTube pour dissuader les internautes de dire des choses qu’ils n’assumeraient sans leur pseudonyme. Quoiqu’il en soit, Google montre qu’il essaie de faire quelque-chose.

Gamification et responsabilisation

La modération par les utilisateurs peut-elle marcher ? Il existe déjà des communautés qui arrivent à se gérer avec plus ou moins de bonheur, en désignant des internautes pour tenir certaines responsabilités. C’est le cas de Wikipédia et Reddit par exemple. Ici, Google mise sur un système relativement hybride, puisque les pouvoirs de modération sont gardés par les employés de l’entreprise américaine.

En tout cas, Google tente de rendre son dispositif fun — donc qui soit utilisé — avec une dose de gamification. Un outil de modération avec des récompenses, des niveaux à passer, des points à gagner… autant d’éléments qui exercent une certaine forme d’attractivité sur les utilisateurs. La gamification est une approche qui peut être déclinée dans beaucoup de situations, de la politique à la planification urbaine.

Vous vous sentez l’âme d’un vrai-faux modérateur de YouTube ? Vous pouvez toujours postuler à cette adresse. Notez que toutes les candidatures ne seront pas acceptées. En outre, il faut être âgé d’au moins 18 ans et accepter les règles associées à ce nouveau statut. Il va sans dire que si vous prenez votre mission par-dessus la jambe, Google garde la possibilité de vous démettre de vos fonctions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés