Microsoft est parvenu a négocier un accord historique avec le chinois Xiaomi, par un échange de bons procédés. Les smartphones Xiaomi auront Skype et Office préinstallés, pour éviter que Microsoft n'utilise ses quelques 1 500 brevets à l'encontre des téléphones Android de la marque chinoise. Une première étape vers l'export.

C’est Microsoft qui annonce  fièrement la nouvelle de sa collaboration. Xiaomi, avec une place de choix sur le marché chinois, promet l’arrivée des services américains tels que Skype dans les smartphones de millions d’utilisateurs. Un accord qui n’en est pas moins décisif pour Xiaomi qui trouve là l’occasion de s’entendre sur plus de 1 500 brevets avec Microsoft.

xiaomi-mi-pad-2-windows-10-bien-equipee-jolie-chere

Une étape pour internationaliser Xiaomi

Ces brevets recouvrent des technologies dont la marque chinoise aura besoin si elle veut commencer l’exportation de ses smartphones sur les territoires occidentaux (on peut déjà acheter du Xiaomi en France, mais c’est compliqué). Wang Yang, vice-président de la marque a d’ailleurs déclaré que l’accord était une « étape importante pour soutenir l’expansion de la société au niveau international  ». On lit facilement entre les lignes les raisons d’un tel compromis pour les deux sociétés.

D’autant qu’avec ces brevets, Xiaomi va pouvoir s’exonérer de ce qu’on appelle la taxe Android de Microsoft, que Redmond perçoit sur plus de 70 % des téléphones Android du marché. Elle consiste à demander aux constructeurs de payer pour utiliser des technologies de Google, sur lesquelles Microsoft prétend détenir des droits de propriété intellectuelle. Eux-mêmes ont signé en 2015 un traité de paix. Tant qu’il restait en Chine, Xiaomi était à l’abri. Mais s’il veut exporter, il devra se ranger.

L’entreprise chinoise n’est pas la première à accepter ainsi d’intégrer des services Microsoft en échange de licences brevets. C’est le cas d’environ 75 constructeurs, ce qui permet à Microsoft de profiter très directement du succès commercial d’Android, même si son propre système Windows Mobile est à l’agonie.

Xiaomi avait déjà travaillé avec Microsoft. La firme de Redmond est particulièrement intéressée par le constructeur chinois, notamment parce que les services Microsoft ne sont que très peu implantés sur le territoire asiatique. Déjà lors de la sortie de la MiPad 2, Xiaomi et Microsoft avait travaillé à sortir une version sous Windows 10 de la tablette, en plus de la version MIUI Android.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés