Depuis 2009, les spécifications pour Windows n'avaient pas évolué. La prochaine mise à jour du système d'exploitation, prévue cet été, revoit le niveau des prérequis à la hausse.

Windows 7 était le dernier système d’exploitation pour lequel les spécifications recommandées par Microsoft avaient été revues à la hausse. Depuis, 2009, l’entreprise américaine s’est assuré que ses OS puissent fonctionner avec des machines peu performantes.

Et encore, Windows 7 ne nécessitait pas beaucoup plus de prérequis que Vista, son prédécesseur. En effet, 1 Go de mémoire vive, un processeur d’1 GHz et un espace de stockage de 40 Go — dont 16 Go de libre sur le disque dur pour l’OS — suffisent pour faire fonctionner ce système d’exploitation.

Mais en prévision du premier anniversaire de Windows 10 en juillet, Microsoft a décidé de revoir à la hausse ses critères. Désormais, la firme de Redmond recommande une mémoire vive de 2 Go pour les versions en 32 bits, de façon à aligner ces prérequis avec ceux pour les installations en 64 bits. Cette modification s’adresse essentiellement aux fabricants d’ordinateurs afin qu’ils adaptent leurs produits.

windows10 copie
L’écosystème Windows 10.

En dessous de 2 Go, Windows 10 pourra toujours être supporté mais Microsoft ne garantira plus son fonctionnement.

D’autres spécifications matérielles sont revues à la hausse. Désormais, les constructeurs devront intégrer des puces Trusted Platform Module (TPM) 2.0. Jusqu’ici, ces derniers pouvaient encore choisir d’installer la version 1.2. Les puces TPM sont utilisées à des fins cryptographiques comme par exemple le stockage de clés de chiffrement.

Cette mise à jour permettra également à Windows 10 de gérer un plus grand nombre de tailles d’écran.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés