La presse russe estime que Google pourrait convoiter la messagerie chiffrée Telegram.

C’est ce qui se murmure aujourd’hui dans les médias spécialisés russes. Telegram, la messagerie sécurisée financée par l’entrepreneur libertarien russe Pavel Durov, pourrait être convoitée par Google. Pour rappel, Google avait raté il y a quelques années un deal autour d’une messagerie qui a fait grand bruit : celui de WhatsApp qui avait fini par être racheté par Facebook. Avec Hangouts, Google n’est pas complètement en-dehors du secteur de la messagerie instantanée, mais ajouter un atout comme celui-là à sa gamme pourrait avoir du sens.

Rien n’est pourtant encore délibéré — on s’en doute. Les seuls éléments donnés par la presse russe sont de l’ordre de la rumeur : Pavel Durov aurait rencontré Sundar Pichai, l’actuel CEO de Google, pour discuter d’une vente de Telegram qui se chiffrerait à un milliard de dollars. Ces informations sont complétées par une réponse négative de Durov à l’offre de Mountain View, citant un « hors de question pour l’instant  » qui aurait été prononcé par le fantasque entrepreneur.

Google était présent lors de la célébration organisée par Telegram à Barcelone

Le média européen Tech.eu rappelle tout de même que Google était présent lors de la célébration organisée par Telegram à Barcelone pour fêter les 100 millions d’utilisateurs atteints par le service. C’est Rich Miner qui s’était déplacé et l’homme est loin d’être n’importe qui : co-fondateur d’Android, il s’occupe aujourd’hui du programme Google Ventures qui a pour mission de repérer les startups dans lesquelles Google pourrait investir. Par ailleurs, Google a investi 100 millions de dollars en octobre dernier dans Symphony, une application de messagerie sécurisée à destination des entreprises, signe que le secteur intéresse grandement le géant.

Lors des attentats de Paris en novembre dernier, Telegram était tombée sous le feu des projecteurs, pointée du doigt comme la messagerie utilisée par les terroristes. L’application avait alors réaffirmé son positionnement en faisant du chiffrement des communications une nécessité démocratique qui pouvait, dans certains cas, être utilisé à mal. Rappelant qu’elle ne soutenait en aucun cas le terrorisme, Telegram avait fermé des groupes publics de recrutement soupçonnés d’être liés à l’état islamique.

Au Brésil, Telegram a été particulièrement utilisé quand la justice a ordonné le blocage de WhatsApp pendant 48 heures pour une histoire de concurrence déloyale. Mais au-delà du chiffrement, l’aura de Telegram vient aussi de sa non-affiliation avec l’une ou l’autre des multinationales qui font le web aujourd’hui : un rattachement à Google pourrait être mal perçu par ses utilisateurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés