L'information selon laquelle un studio japonais aurait vendu des combinaisons robotisées permettant de faire l'amour en réalité virtuelle n'était qu'un poisson d'avril.

À quel moment le sexe virtuel et fantasmé devient-il du sexe tout court ? Faire l’amour à une machine, en prétendant qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme, est une réalité dans laquelle un nombre croissant de consommateurs pourrait s’engouffrer, pour oublier leur solitude humaine, trop humaine. C’est d’autant plus tentant pour certains que cela évite d’avoir recours à des prostitué(e)s, ce qui selon les cultures peut être aussi bien immoral qu’illégal, alors que l’acte sexuel sur machine ne devrait rester que « honteux ».

Une information circule beaucoup selon laquelle le studio japonais Illusion VR (spécialiste du sexe virtuel) aurait mis au point une combinaison totale qui permet de faire l’amour en ayant l’impression de mettre ce qu’il faut où il faut, et de ressentir le contact de l’être aimé pendant l’acte, jusqu’à la délivrance ultime.

Les équipes japonaises auraient ainsi conçu une simulation d’acte sexuel en réalité virtuelle, où le casque de VR est doublé d’un ensemble technologique de pointe : une combinaison capable de reproduire le toucher, un vagin artificiel robotisé (en fait le robot masturbateur dont nous avions déjà parlé), une paire de seins siliconée et des gants qui permettent de reproduire fidèlement les mouvements de l’utilisateur dans le jeu à jouir. Le tout pour « seulement » 44 980 yens, soit environ 360 euros, hors-taxes.

Une révolution, en attendant que l’homme accepte de faire l’amour à des robots sans casque de VR puisque, paraît-il, c’est également excitant.

Mais l’information est un hoax. Vérifications faites, elle a été publiée à l’origine un 1er avril sur un site japonais qui a depuis reconnu qu’il s’agissait uniquement d’une blague. Pour le moment.

Le prétendu contenu du coffret.
Le prétendu contenu du coffret.
Fin prêt !
Fin prêt !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés