Selon une étude menée par des climatologues, le seul développement des énergies renouvelables ne suffira pas à contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C.

Les efforts déployés à l’échelle mondiale pour lutter contre le réchauffement climatique ne sont pas suffisants. C’est ce qu’affirme un groupe de climatologues dans une étude publiée par la revue Nature Climate Change. Selon eux, le déploiement, même rapide, d’énergies renouvelables ne suffira pas à contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C, l’objectif adopté par 195 pays à l’issue de la COP 21 de Paris, en 2015.

Glen Peters, directeur de l’étude, explique ainsi : « Le déploiement rapide de l’énergie solaire et éolienne et des voitures électriques donne un peu d’espoir. Mais à l’heure actuelle, ces technologies ne suffisent pas à inverser la tendance face à l’utilisation croissante des combustibles fossiles ou des moyens de transports traditionnels. »

En 2016, l’investissement en énergies renouvelables avait dépassé pour la première fois celui des combustibles fossiles, grâce notamment à leur coût plus abordable. Mais même si de grandes puissances, comme la Chine ou l‘Inde, investissent une grande quantité de ressources dans l’énergie renouvelable, la tendance pourrait continuer à empirer jusqu’à atteindre un réchauffement climatique entre 3 et 4°C d’ici la fin du siècle.

CC Ed Suominen

Un appel à taxer les combustibles fossiles

Peters explique : « Les politiques semblent se satisfaire de subventionner l’énergie solaire, les éoliennes et les véhicules électriques. Mais ils ne veulent pas taxer les combustibles fossiles. »

À l’heure actuelle, les énergies non renouvelables — comme le charbon et le pétrole — restent la source d’énergie la plus répandue, avec 87 % de la production énergétique mondiale. Pour rester sous le plafond des 2°C, la Terre devrait atteindre la neutralité carbone, c’est-à-dire ne plus produire plus CO2 que les forêts et les océans ne peuvent en absorber.

Les scientifiques déplorent aussi le manque dispositifs permettant de « capturer » et stocke les émissions nocives pour réduire la pollution. Ils appellent au développement de biocarburants qui seraient « carbone neutre ».

Les experts ne cachent pas leur inquiétude face aux nombreux obstacles dressés sur la route des objectifs fixés de la COP21 : « On ignore si la bioénergie pourra être produite de manière durable et pourra devenir carbone neutre à une échelle efficace. À moins que les émissions des combustibles fossiles diminuent, le plafond des 2°C sera inévitablement franchi. »

À lire sur Numerama : Réchauffement climatique  : vers une hausse importante du niveau de la mer  ?

 

 

Partager sur les réseaux sociaux