Une équipe de scientifiques a mis en ligne des fichiers détaillant le fossile Lucy, demandant l'aide d'Internet pour éclairer sa mort.

Une équipe de scientifiques américains a publié, avec l’autorisation de l’Ethiopie, des fichiers tomodensitométriques des quatre os — le fémur, l’humérus, l’omoplate et le tibia — de Lucy, le fossile le plus connu du monde. Ceux qui auront une imprimante 3D pourront aussi reproduire les os. Néanmoins, il faut faire une demande en ligne pour obtenir ces données.

Lucy
Une reconstruction de Lucy. Crédits : James St. John

Cette initiative a été prise pour tenter de mettre un terme à un débat commencé en août 2016 concernant la mort de Lucy. En effet, une équipe de scientifiques avait publié sur Nature une étude qui affirmait que Lucy était décédée à cause d’une chute d’un arbre. Cette déclaration a divisé profondément la communauté des scientifiques qui s’est montrée sceptique à l’égard de cette théorie.

Ainsi, les scientifiques ont décidé de s’appuyer sur une méthode open source, en demandant l’aide et l’avis du web pour résoudre ce mystère — comptant notamment sur les spécialistes, éducateurs et amateurs de fossiles.

John Hawks, un paléoanthropologue américain, affirme : « Les balayages et les éléments imprimés permettent de faire des expériences Avec eux, on peut facilement reproduire une méthodologie d’étude et vérifier ses conclusions. Il y a une sensation que « tout le monde peut voir » ce que nous sommes en train de faire en tant que scientifiques. »

Différents professeurs ont téléchargé les fichiers pour les montrer à leurs étudiants. John Mead, un professeur de sciences à la St. Marks School of Texas à Dallas, souligne : « La science devient beaucoup plus réelle pour les étudiants quand ils peuvent manipuler quelque chose. »

La science devient beaucoup plus réelle pour les étudiants quand ils peuvent manipuler quelque chose

Malgré toutes ces bonnes intentions et bonnes idées, les scientifiques s’inquiètent de l’utilisation de ces données, notamment en ce qui concerne le piratage des fichiers et leur exploitation pour des raisons commerciales, par exemple en imprimant les fossiles et en les vendant ensuite. Si vous trouvez un bout du squelette un jour sur eBay, ne vous faites pas avoir.

 

Partager sur les réseaux sociaux