Le Japon a lancé vendredi dernier un vaisseau cargo en direction de la station spatiale internationale, qui contenait également le prototype d'un engin de nettoyage des débris spatiaux.

L’agence spatiale japonaise (JAXA) a lancé vendredi dernier une fusée cargo de ravitaillement, nommée « Kounotori » (« cigogne » en japonais) vers la Station spatiale Internationale (ISS) à laquelle était accrochée un outil de nettoyage des déchets spatiaux

Ce prototype expérimental, réalisé avec un producteur japonais de filets de pêche après 10 ans de travail, doit permettre à l’équipe de l’ISS de nettoyer la ceinture de déchets qui entoure la Terre, ce qui en fera ainsi la première équipe d’éboueurs spatiaux.

Selon des estimations, l’orbite de notre planète serait parsemée d’environ 500 000 débris, qui proviennent de vieux satellites ou fusées lancés depuis les débuts de l’exploration spatiale, il y a près de 60 ans. Pour éviter que cette ceinture de déchets ne devienne un problème considérable dans le futur — en raison des collisions qu’elle peut engendrer — il est essentiel de trouver un moyen efficace pour les détruire.

4-8-nrc-evaluates-nasas-orbital-debris-programs
Crédits : NASA

L’appareil de nettoyage, long de 700 mètres, est composé d’un système électrodynamique de câbles en acier inoxydable et d’aluminium qui s’attachera aux débris spatiaux. Il produira aussi de l’électricité pendant son déploiement, ce qui lui permettra d’attraper les déchets et de les faire entrer progressivement dans notre atmosphère, afin qu’ils s’auto-détruisent.

Katsuya Suzuki, un des ingénieurs mobilisé pour le projet, explique : « Les câbles s’appuient sur la technologie de tressage de nos filets et il a été difficile d’entrelacer ces matériaux très fins. »

L’ingénieur avoue qu’il faudra des appareils d’une longueur comprise entre  5 000 et 10 000 mètres pour pouvoir attraper plus efficacement les déchets. Un développement probable en cas de résultats prometteurs.

Partager sur les réseaux sociaux