L'agence spatiale européenne prévoit la mise en orbite mardi prochain de deux nouveaux satellites Galileo, qui sera le système de navigation pour l'Europe.

Mise à jour – C’est aujourd’hui à 10h26 que la fusée Soyouz doit décoller de centre spatial guyanais, avec à son bord deux satellites qui rejoindront la constellation Galileo. Si vous le pouvez, le centre national d’études spatiales propose de suivre l’évènement en direct sur son site web.

Sujet du 20 mai – La famille Galileo va bientôt s’agrandir. L’agence spatiale européenne prévoit en effet de mettre en orbite deux autres satellites le mardi 24 mai, dans le cadre du projet du futur système de navigation élaboré par le Vieux Continent afin de ne plus dépendre du GPS américain.

Galileo launch on Soyuz
Décollage d’une fusée Soyouz avec des satellites Galileo à bord
CC – DLR German Aerospace Center

Le décollage aura lieu depuis le centre spatial guyanais, et ce sera une fusée Soyouz ST-B (VS15) qui sera chargée de transporter la cargaison à bon port, à une altitude de 23 222 km (orbite terrestre moyenne). Les internautes pourront regarder en direct le lancement, puisque la diffusion débutera à 10h28 (heure de Paris).

Les satellites qui seront déployés mardi prochain sont les treizième et quatorzième de la constellation Galileo. Baptisés Liene et Danielè, deux prénoms portés par des enfants européens, ils font suite à trois décollages survenus en 2015 qui ont permis de mettre en orbite six satellites.

Quatre autres satellites — dénommés Alizée, Lisa, Kimberley et Tijmen — doivent encore être mis en orbite d’ici octobre 2016. À terme, la constellation Galileo doit être composée de trente satellites. Plus récent que le GPS, Galileo présentera un niveau de précision plus élevé et plus fiable.

Galileo offrira cinq niveaux de service, dont un de base qui sera gratuit et qui s’alignera sur le GPS en terme de qualité (précision de moins de quatre mètres). Galileo aura aussi une dimension commerciale visant à fournir une précision encore plus fine (d’un mètre voire moins). Enfin, Galileo sera compatible avec le GPS.

À lire sur Numerama : Le GPS européen Galileo passe à huit satellites opérationnels

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés