Sur Facebook, les Américains sont de plus en plus disposés à afficher publiquement leur vraie orientation sexuelle ou leur véritable identité de genre. C'est ce que pointe une étude qui a observé les mises à jour des profils.

La parole se libère sur Facebook, en particulier lorsqu’il s’agit d’indiquer publiquement son orientation sexuelle ou son identité de genre. C’est ce que révèle une étude (America’s Coming Out on Facebook) conduite par deux chercheurs, Bogdan State et Nils Wernerfelt, dont les résultats ont été publiés sur Research at Facebook. De ce travail, il ressort qu’un nombre croissant d’Américains n’hésitent plus à dévoiler qui ils sont vraiment.
Coming Out Trend Facebook

« Au cours de l’année écoulée, environ 800 000 Américains ont mis à jour leur profil pour exprimer une attirance pour le même sexe ou indiquer une identité de genre spécifique  ». Cette progression, qualifiée de « spectaculaire » par les deux universitaires, est bien sûr causée par quelques évènements ponctuels très médiatisés, comme la reconnaissance juridique du mariage homosexuel aux États-Unis en juin dernier.

Cet évènement, provoqué par la Cour Suprême qui a considéré que les couples de même sexe ont le droit de se marier dans l’ensemble du pays, y compris dans les États qui ne reconnaissaient pas jusqu’à présent ce droit, a d’ailleurs été un véritable accélérateur, en témoigne le graphique fourni par les chercheurs, notamment parce qu’il a donné lieu à une véritable campagne de soutien sur le réseau social.

Dans les jours qui ont suivi ce verdict très attendu, plus de 26 millions de personnes, selon les données des chercheurs, ont en effet choisi de modifier leur photo de profil pour le personnaliser avec les couleurs de l’arc-en-ciel, l’un des symboles du mouvement LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). Ce qui a pu, là encore, inciter des personnes hésitantes à sauter le pas.

Mais si l’on tient compte du nombre moyen d’Américains qui « sortent du placard » chaque jour sur le réseau social, qui est presque trois fois plus élevé que les données obtenues un an auparavant, il semble qu’un véritable mouvement de fond se dessine, et celui-ci pourrait être la traduction d’un changement d’attitude général outre-Atlantique, aussi bien au niveau des médias, que des institutions ou de la population elle-même.

Au fil de son histoire, Facebook a exprimé un soutien net envers la communauté LGBT

Au fil de son histoire, Facebook a exprimé un soutien net envers la communauté LGBT. Le site a pris des dispositions en 2010 pour combattre l’homophobie et installer un réseau de soutien aux victimes. Le mariage homosexuel a été reconnu dès 2012 sur la plateforme et les restrictions pour exprimer son identité de genre ont été levées en tout début d’année (celles-ci avaient été levées un an avant aux USA).

Mais le réseau a aussi commis des impairs, qui ont pu avoir des effets très dommageables pour les personnes qui les ont subis. Il a obligé par exemple les membres de la communauté LGBT à indiquer leur vrai nom (avant de revenir sur sa politique et de présenter ses excuses) et suspendu le compte d’une ex-employée, parce qu’elle y utilisait son nom de femme transgenre plutôt que son état civil de naissance.

LA silicon valleY ET L’HOMOSEXUALITÉ

Facebook n’est pas la seule société à faire preuve d’un tel engagement en faveur de la communauté LGBT. En réalité, d’autres très grosses entreprises comme Google et Apple (et dont le PDG, Tim Cook, a clamé sa fierté d’être gay) se placent aujourd’hui aux côtés des lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres dans leur combat pour une reconnaissance sociale de ce qu’ils sont.

pride-profile-pic

Cet engagement est-il vraiment sincère ? Sans aucun doute, même si Jane Schacter, professeure de droit à l’université Stanford interrogée par Wired, affirmait qu’il y avait aussi un enjeu d’image. Selon elle, ce positionnement est « presque quelque chose de l’ordre de l’image de marque ». Le message, c’est en quelque sorte « nous sommes le futur, nous sommes ce qui avance, pas ce qui provient du passé ».

Le sujet est en tout cas très délicat et le moindre écart est synonyme de siège éjectable. Ainsi, alors que plusieurs centaines d’entreprises américaines avaient soutenu publiquement en faveur du mariage homosexuel en plein débat aux USA, Brendan Eich a dû démissionner de la direction de la fondation qui édite Firefox, après avoir été rattrapé par ses anciens engagements contre le mariage homosexuel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés