La prochaine mise à jour du client Battle.net pourrait apporter des fonctionnalités attendues de longue date. Ou comment la plateforme pourrait enfin être aux standards minimums actuels.

Battle.net continue petit à petit sa mue indispensable. Après avoir changé de nom (ou pas) et s’être (enfin) offerte une application mobile à l’utilité somme toute assez relative, la plateforme de Blizzard Entertainment pourrait accueillir prochainement plusieurs fonctionnalités bienvenues à la faveur d’une grosse mise à jour. C’est en tout cas ce qui ressort d’un post révélant quelques données récupérées par des dataminers, extraites du code de Battle.net. Bien sûr, les informations sont à prendre avec des pincettes.

Battle.net enfin à jour ?

Vous ne l’avez peut-être jamais remarqué mais il n’existe aucune option pour se mettre en statut hors-ligne sur Battle.net, option qui existe partout ailleurs. Elle pourrait finalement apparaître aux côtés des autres statuts actuellement disponibles : «  En ligne   », «  Occupé  » et «  Absent  ».

Une feature, pensée pour ne pas être dérangé, qui contraste avec la possible opportunité future de créer des groupes façon Discord et IRC, appuyant un peu plus les ambitions sociales de Blizzard. À terme, elles permettraient au géant américain de proposer un logiciel clef en main et regroupant tout ce dont ont besoin les joueurs pour profiter de leurs jeux dans les meilleures conditions, sous-entendu sans passer par des solutions externes pour se rassembler et discuter. D’autant que la plupart des jeux de l’éditeur s’apprécient à plusieurs.

Plus anecdotique, Battle.net pourrait introduire des avatars pour personnaliser son profil, ce qui vaudra aussi pour les groupes mentionnés plus haut.

On peut donc comprendre que Blizzard Entertainment a envie de moderniser sa plateforme, obligatoire pour jouer à son catalogue et à laquelle il manque encore trop de choses pour être au top du top. Il était temps diront certains. Et ils auront sans doute raison au vu des différents succès ayant émaillé son histoire.

Partager sur les réseaux sociaux