Numerama et GOG.com s'associent pour que vous passiez un été avec des jeux vidéo de qualité. Le tout, à petit prix.

Vous le savez si vous nous suivez régulièrement : on aime GOG.com. Et pour des tas de raisons : des oldies certifiés compatibles avec nos systèmes récents et sans DRM ? Check. Des prix canons ? Check. Un SAV qui ne pose pas de question et tente toujours de vous faciliter la vie ? Check. Une entreprise mère européenne qui a fait l’un des meilleurs jeux vidéo de tous les temps ? Check (la série The Witcher pour ceux qui ne suivent pas). Bref, on est toujours ravis de faire des choses avec eux et l’occasion de leurs grandes promotions d’été était trop belle pour ne pas être saisie.

Monkey Island Remaster

On se retrouve donc avec une collection Numerama sur GOG.com. Elle a été préparée par les esthètes des jeux vidéo (avec un s) de la rédaction, crowdsourcée comme disent les jeunes, jusqu’à en extraire la quintessence de nos choix multiples, partagés, mis en commun, débattus. Avec, bien sûr, une idée en tête : si comme Corentin vous n’avez jamais mis un pied dans Le Jeu Vidéo, commencer par ces titres devrait vous donner une solide culture de base — avec des jeux très anciens comme des jeux plus récents. Rapide tour du proprio.

Vous retrouverez toute la collection à cette adresse ! La promotion est valable du 6 au 16 juin et pour tout achat à prix cassé, vous aurez un exemplaire de Rebel Galaxy gratuit. 

Notre sélection, explication de texte

Papers, Please : vous êtes un douanier et vous devez décider quel immigrant rentre, quel immigrant est bloqué. Cela paraît facile, mais les choix à faire sont incroyablement complexes et amènent à énormément de réflexions morales.

Witcher 3 : Wild Hunt : si vous n’avez jamais fait un Witcher, autant commencer par la fin pour profiter d’un épisode aussi magnifique que complet.

The Witcher 3

Full Throttle Remastered : chef d’œuvre du jeu d’aventure. Ne passez à côté sous aucun prétexte, la version remasterisée est magnifique.

Caesar 3 : chef d’œuvre du jeu de gestion. On doit encore avoir les papiers imprimés de l’ETAJV avec les cheat codes si vous le souhaitez.

Theme Hospital : jouez à gérer un hôpital déjanté dans un classique du jeu de gestion.

Heroes of Might and Magic 3 : avez-vous 2 380 heures devant vous ? Parce que la stratégie au tour par tour pourrait vous happer.

Dungeon Keeper Gold : dans le genre jeu de gestion barré, Dungeon Keeper est un must have. Et il se refait très bien en 2017, malgré ses graphismes et son gameplay de 1997.

Dungeon Keeper

Mirror’s Edge : un ovni dans le monde du FPS dans lequel il faut minuter ses sauts et ses glissades pour éviter ses ennemis. C’est beau, c’est moderne, c’est précis et difficile. On aime.

Dungeon Keeper 2 : le même qu’avant, mais en mieux.  Parfois, on ne sait pas choisir.

Thimbleweed Park : vous ai-je déjà parlé de mon amour pour Ron Gilbert ? Ce maître du jeu d’aventure et des casses-têtes improbables a sorti un nouveau jeu en 2017. Un jour, il a cité un de mes tweets, ce qui signifie qu’il reconnaît mon existence et j’en suis honoré.

Day of the Tentacle : vous ai-je déjà parlé de mon amour pour Ron Gilbert ?

Crysis : en 2007, Crysis était LA baffe graphique du FPS moderne. À tel point en avance sur tout le monde que Crysis 2, consolisé, a abandonné énormément de sa superbe (notamment côté physique), même sur PC. Crysis est un monument (même la partie dans la neige).

Day of the Tentacle

Alien versus Predator : l’époque où la qualité d’un FPS se mesurait à sa capacité à laisser le joueur démembrer les ennemis. Alien vs Predator avait ça, mais aussi de la peur et un gameplay nerveux.

Painkiller : c’est un FPS. Il y a un lance-pieux. Vous n’avez pas besoin de plus d’argument.

Hotline Miami : incroyable chef d’œuvre du jeu indépendant, Hotline Miami allie un gameplay raffiné, ultra-violent et exigeant à une bande son qui vous gardera en haleine bien longtemps après avoir fini le titre.

FTL : un rogue dans l’espace absolument fantastique qui vous prendra des centaines d’heures si vous voulez terminer tous les modes avec tous les vaisseaux. J’ai le jeu depuis sa sortie et je n’ai toujours pas tout exploré. Pro-tip : explorez au maximum chaque zone.

Faster than Light

Crypt of the NecroDancer : un jeu rythmique qui fait des enfants avec un rogue like… avec une bande son léchée : on aime.

King’s Bounty : The Legend : 3 ans plus tard, vous avez fini les Heroes of Might and Magic ? Reprenez une couche de combats sur des plateaux au tour par tour avec le géniallissime King’s Bounty.

Bastion : un jeu qui se raconte pendant que vous jouez. Comme cela cela semble ennuyeux, mais c’est un voyage vraiment envoutant et drôle. À faire.

Myst : peu de jeux ont donné des codes à un genre. Myst l’a fait. Interdit de sortir de l’île tant que vous n’avez pas lu toute la bibliothèque !

Crysis

Vampire : The Masquerade : c’est un mal aimé qu’on aime bien. Mal aimé parce qu’il est sorti bugué jusqu’à l’os. Mais avec les patchs de la communauté (oui) c’est un excellent FPS/RPG de vampire. Et il y en a trop peu pour qu’on fasse les snob.

Beyond Good & Evil : chef d’œuvre absolu du jeu de plate-forme aventure, à l’époque où Ubisoft ne faisait pas que des jeux en-monde-ouvert-où-il-faut-grimper-sur-des-tours. On a encore certaines scènes et musiques en tête, 14 ans après.

Grim Fandango : un autre classique de LucasArt, cette fois chez Double Fine d’après l’original de LucasArts et Tim « Je Fais Maintenant Des Kickstarters Que Je Ne Peux Pas Tenir » Schaffer. On lui en veut pas, c’est aussi une légende.

Banished : réinventer le jeu de gestion, possible en 2014 ? Banished nous prouve que oui. Attention à la famine.

Banished

Downwell : on l’a déjà présenté et on l’aime toujours autant.

Enter the Gungeon : se défouler et rager sur un rogue ? C’est une de nos distractions. C’est encore mieux quand les ennemis sont… des balles.

POD Gold : Un jeu de bagnole du futur qui a bercé notre enfance. Cela ne doit pas être aussi incroyable qu’en 1997 mais donnez-lui une chance.

Star Wars : Jedi Knight II : difficile de choisir un Jedi Knight, alors prenons-en un pas trop vieux. À faire et refaire les yeux fermés (avec la Force).

Secret of Monkey Island : on ne veut même pas savoir que vous ne l’avez pas déjà fait. Cela devrait faire partie du programme des essentiels de l’école primaire. Lire, écrire, compter, connaître les sciences et l’histoire et avoir fini le Secret de Monkey Island.

Monkey Island 2 : la suite du premier qui devrait être au programme du collège pour les mêmes raisons.

Starbound : vous êtes dans l’espace. Survivez.

Return to Castle Wolfenstein : taper des nazis en jeu vidéo, c’est notre passion. RTCW est la suite du jeu qui a donné ses codes au FPS. J’avais acheté la boîte collector en métal étant gamin. C’est très très bon.

Tales of Monkey Island  : quand Telltales s’empare de Monkey Island, cela fait un jeu tout à fait nouveau, intelligent et bourré d’humour. Un bel hommage à la série culte qui ne lui enlève rien.

Star Wars Starfighter : un jeu de vaisseau Star Wars, c’est ce qu’on attend depuis 2001. En 2001, on avait Starfighter.

Torchlight II : Torchlight était tombé au moment idéal : les fans de Diablo étaient en manque d’un hack n slash solide et enivrant. Malheureusement Torchlight II, qui corrige toutes les erreurs de son grand frère, est sorti en même temps que Diablo III. Il n’a pas eu le succès qu’il mérite.

Torchlight 2

La collection est disponible à cette adresse !

Partager sur les réseaux sociaux