Ciblé par l'extrême droite américaine ce week-end, Ubisoft s'est encore fait couper l'herbe sous le pied en ce qui concerne Far Cry 5 : Amazon France a tout dit.

Comme cela arrive beaucoup trop souvent avec les gros jeux Ubisoft, les fuites affleurent avant les officialisations. La firme française avait pourtant pris tout le monde de court en orchestrant le teasing autour de Far Cry 5 mais la branche française d’Amazon lui a finalement grillé la politesse sur quelques informations essentielles. Selon le site de vente en ligne, le FPS sera disponible le 27 février 2018 sur PlayStation 4, Xbox One et PC en éditions standard et Gold (sans doute avec le Season Pass en prime). Plus important, encore, l’enseigne dévoile le synopsis du blockbuster, qui ne sera pas du tout un western.

Fuite + polémique

Amazon indique donc ceci : « Le tout dernier volet de la franchise Far Cry débarque en Amérique. Bienvenue à Hope County, dans le Montana, terre de liberté et de bravoure qui abrite un culte fanatique prêchant la fin du monde : le Projet d’Eden’s Gate. Défiez son chef, Joseph Seed, et ses frères et sœur, allumez les feux de la résistance et libérez la communauté d’Hope County. » Est également mentionné un bonus de précommande prenant la forme d’un Pack Survivant de l’Apocalypse correspondant à quelques bonus in-game.

On peut donc aisément comprendre qu’Ubisoft a opté pour la formule habituelle, articulée autour d’une expérience en monde ouvert plus ou moins remplie et une intrigue impliquant un méchant charismatique volant la vedette à tout le monde. Ici, il s’agira d’un dénommé Joseph Seed, d’ores et déjà ciblé par des critiques en provenance de groupuscules pro-Trump, pro-nazis voire pro-chrétiens. Ces derniers accusent en effet les développeurs de diaboliser les chrétiens blancs après la publication d’un premier artwork montrant une réinterprétation suprémaciste de la Cène.

Paul Ray Ramsey, militant d’extrême droite bien connu de la scène néo-fasciste US, note par exemple, « Devinez qui sont les méchants dans le prochain Far Cry ? Les terroristes musulmans, poseurs de bombes ? L’État islamique qui brûle des gens vivants ? Nope. Les chrétiens.  »

Emmanuel Carré, porte-parole d’Ubisoft, a logiquement préféré botter en touche dans les colonnes du Monde, « Far Cry 5, ce n’est pas l’histoire d’une personne en particulier, d’une religion ou d’un événement, mais il se dégage pourtant l’impression que l’univers de Far Cry est inspiré par le monde réel passé et présent. » Finalement, on a parlé du jeu avant même la diffusion de la première bande-annonce.

Notez que, pour la première fois, le joueur pourra choisir son genre et sa couleur de peau.

Partager sur les réseaux sociaux