Autour de moi, tout le monde fustige le FPS sur console de salon. Pourtant, Overwatch reste un enjeu majeur pour Blizzard : il y a plus de 1,1 million de PS4 et près de 500 000 Xbox One en circulation en France. Hier, nous avons pu poser les mains sur la version PS4 du je. Alors, ça vaut quoi ?

Overwatch est le gros enjeu de Blizzard pour 2016 et pour se . Un FPS, dans un style très proche de Team Fortress 2, où s’affrontent 12 personnes dans une arène fermée, avec trois modes de jeu. C’est intense, comme nous avions pu le voir dans notre première prise en main de la version bêta sur PC.

Overwatch et son étrange pari  : rafraîchir un gameplay éculé

Les joueurs de consoles de jeu seront-ils satisfaits de cette version édulcorée d’Overwatch ? C’est finalement ce que nous nous sommes demandés en nous rendant à l’événement organisé par Blizzard, mais c’est aussi la question qui revient souvent à quelques semaines de la sortie officielle du jeu, prévue pour le 24 mai prochain. Cette approche de la console de jeu est intéressante, car elle n’a rien d’anecdotique. Tout d’abord, nous avons une modification majeure du gameplay avec l’arrivée de la manette de jeu, ce qui a des conséquences sur l’expérience de jeu. Sur le plan technique, le pad n’offre pas toute l’agilité d’un PC équipé d’un clavier et d’une souris et avec des performances graphiques limitées, le rendu est différent.

45 minutes de jeu plus tard, on commence à comprendre dans quel jeu on est. La maîtrise artistique de Blizzard et le gameplay soigné, ultra-dynamique et plutôt accessible sont toujours présents. Tous les boutons de la manette sont utilisés, les actions spéciales sont assignées aux gâchettes, le pavé tactile sert à afficher les scores, tandis que les boutons classiques peuvent avoir plusieurs actions. C’est le cas par exemple du bouton carré, qui permet de recharger son arme, ou de changer de personnage avec un appui long.

Ne ragez pas contre votre manette

Bien évidemment, avec la manette de jeu en main, le titre perd en vitesse, c’est lié aux contrôles, surtout avec les sticks analogiques qui ne permettent pas de faire des tours rapides. Néanmoins, Blizzard a semble-t-il accéléré les mouvements et les déplacements des personnages pour contre-balancer le côté mou des déplacements au pad. Rien de surprenant. Mais ce choix a une conséquence non négligeable : exit le cross-plateform puisque les personnages ne réagissent pas de la même manière, vous pouvez oublier vos parties de jeu entre joueurs PC et PS4, ou Xbox One. Bref, c’est effectivement moins rapide, mais cela n’en est donc pas moins dynamique. Le jeu ne demandant pas la visée précise d’un Counter-Strike mais misant plus sur le teamplay, le passage à la console n’est donc pas fatal pour l’expérience de jeu.

Overwatch-DSC09006

Techniquement, cela tourne en 60 FPS constant. Évidemment, nous sommes loin de la fluidité proposée par l’expérience PC, du côté du nombre d’images par seconde, du FOV (votre champ de vision) ou encore de la définition d’écran. Mais techniquement, Blizzard a assuré une expérience satisfaisante en 1080p tout au long des parties.

Overwatch-DSC09005

Reste à voir comment la version finale du jeu sera adoptée par les joueurs. Overwatch sera disponible sur toutes les plateformes modernes le 24 mai prochain, avec une première bêta publique prévue autour du 9 mai.

En attendant, Blizzard s’essaye à l’animation.

Overwatch  : découvrez le deuxième court-métrage sur l’univers du jeu

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés