Testée depuis mai dans les Hauts-de-France, la plateforme Cybermalveillance est déployée sur tout le territoire le 17 octobre. Le site se veut un point de contact entre les victimes d'une malveillance électronique et les prestataires capables de la neutraliser.

Vous êtes un particulier, une entreprise ou une administration et vous êtes victime d’une malveillance électronique ? Bonne nouvelle : depuis le 17 octobre, vous pouvez plus facilement obtenir de l’aide grâce au lancement, au niveau national, de la plateforme Cybermalveillance.gouv.fr. Celle-ci était en réalité active depuis mai, mais son périmètre d’action était limité aux Hauts-de-France.

L’ouverture du site sur tout le territoire survient alors que se déroule actuellement le mois européen de la cybersécurité, un évènement destiné à faire en sorte que chacun « devienne acteur de la sécurité du numérique dans sa vie personnelle et professionnelle ». L’agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi), qui a contribué à donner naissance à ce portail, y participe.

Avec Cybermalveillance.gouv.fr, il s’agit d’avoir un point de contact entre les victimes et les professionnels de la sécurité. En effet, l’Anssi, malgré des agents par centaines, n’est pas en mesure de s’occuper de tout le monde avec le même degré d’implication que ce que l’agence fait pour aider les opérateurs d’importance vitale. Il lui faut donc en quelque sorte s’appuyer sur des prestataires privés.

C’est d’autant plus vrai que certaines malveillances électroniques, si elles sont bien sûr un vrai problème pour ceux et celles qui les subissent, ne nécessitent pas toujours les compétences très pointues des spécialistes de l’Anssi pour les neutraliser. En clair, toutes les attaques visant un particulier, une entreprise ou une administration ne sont pas du même acabit que ce qu’a vécu TV5 Monde en 2015.

Dans ces conditions, s’il s’agit d’une « simple » attaque DDoS, d’un rançongiciel qui s’est invité sur les postes d’un parc informatique, d’un virus qui fait planter un ordinateur ou d’une campagne réussie de hameçonnage (phishing), une société spécialisée dans la sécurité informatique peut vraisemblablement tout à fait gérer la menace. Une liste des prestataires situés à proximité est alors proposée via le site.

Pour l’Anssi, cette plateforme a aussi un intérêt en tant qu’outil de veille : elle doit lui permettre d’avoir une vision plus exacte des typologies de menace qui pèsent sur les particuliers comme sur le tissu économique — notamment au niveau des PME et TPE –, ce qui lui permettra à terme d’adapter sa politique ainsi que ses opérations de sensibilisation pour que chacun « devienne acteur de sa sécurité numérique ».

Par ailleurs, vous pouvez aussi vous former à la cybersécurité grâce à ce cours en ligne concocté par l’Anssi.

À lire sur Numerama : Victime de piratage  ? L’État lance Cybermalveillance pour chercher de l’aide

Partager sur les réseaux sociaux