Piraté en 2015, le site de rencontres adultères Ashley Madison propose 11,2 millions de dollars pour dédommager les victimes.

Souvenez-vous. En 2015, le site de liaisons extra-conjugales Ashley Madison subissait un piratage de grande ampleur et plus de 37 millions de clients étaient alors menacés par le risque que leurs données personnelles soient utilisées frauduleusement, vendues à des tiers ou exploitées à des fins de pression.

Des informations très sensibles avaient été mises en ligne, allant des éléments de contact (numéro de téléphone, adresse postale, e-mail…) aux préférences sexuelles. Les courriers de la direction avaient également été diffusés et l’analyse des mots de passe avait mis en lumière leur faiblesse et certaines insuffisances techniques.

Ashley Madison, l’insolent hacké

Cette affaire avait conduit la commission fédérale du commerce (FTC) à intervenir et à infliger en décembre une amende relativement modeste —  1,6 million de dollars — à l’encontre de l’éditeur du service Ashley Madison, à savoir la société Ruby Life. La FTC avait expliqué vouloir punir la société mais ne pas la tuer.

Aujourd’hui, c’est la question du montant du dédommagement qui est posée. Le 14 juillet, Ruby Life a levé le voile sur sa proposition de compensation  : elle s’élève à 11,2 millions de dollars. Une compensation qui doit « éviter l’incertitude, les dépenses et les inconvénients associés » à un litige devant les tribunaux.

Partager sur les réseaux sociaux