L'explication du vote Trump viendra en temps et en heure. En attendant, nous pouvons essayer de comprendre pourquoi personne ou presque ne semble avoir anticipé ce résultat.

Depuis ce matin, on peut lire dans la presse et sur les réseaux sociaux des dizaines — si ce n’est des milliers — de réactions de choc au sujet des résultats de la présidentielle américaine. Qu’elles viennent des États-Unis ou d’ailleurs dans le monde, toutes ou presque, posent une question fondamentale : comment cela a-t-il pu se produire ? Comment le phénomène Trump, pétri dans ses travers, ses mensonges, son racisme, sa haine et sa violence, a-t-il pu passer aussi inaperçu durant ces longs mois ? Comment pouvait-on être aussi sûrs et certains que le Trump élu n’existait pas dans notre univers ?

Il y a bien entendu des dizaines de facteurs qui sont la trace de la complexité des États-Unis et des humains en général et que nous n’aurons pas la prétention de comprendre, encore moins d’expliquer. Historiens, sociologues et politologues se chargeront bien mieux que nous de cela. Il y a également les sondages, les analyses, les schémas prédictifs, l’analyse de données, bref, tous ces outils modernes dont la presse américaine s’est servie et qui n’ont fait que masquer la réalité du terrain, en l’absence de critique constructive des données brutes. Et il y a aussi, toujours plus marqué, un double clivage qui était déjà présent lors du Brexit : celui des jeunes contre les plus âgés et celui des villes contre les campagnes.

capture-decran-2016-11-09-a-15-52-11
En bleu, les électeurs Démocrates. En rouge, les Républicains. Source : NYT
capture-decran-2016-11-09-a-15-52-30
En bleu, les électeurs Démocrates. En rouge, les Républicains. Source : NYT

Mais si ces phénomènes existent et expliquent le vote, un autre phénomène, double lui aussi et typiquement numérique, explique le fait que le phénomène Trump soit passé complètement sous les radars. Ces deux concepts ont des noms qu’il va falloir s’habituer à voir agrémenter les débats futurs : d’une part, la bulle de filtrage, qui enferme une personne dans une image du monde qu’elle projette par des recommandations toujours plus ciblées, poussées par des algorithmes  ; d’autre part, le biais de confirmation. Explications.

Nous sommes déjà sur Mars

Les résultats de l’élection présidentielle ont amené dans ma timeline, que ce soit sur Facebook ou sur Twitter, une vague d’appels pour un décollage imminent vers la planète rouge. Même si les plans d’Elon Musk sont toujours sur les rails et que la Nasa y songe toujours, le voyage intersidéral n’est pas pour demain. Et pourtant, d’une certaine manière, à en croire les flux de mes réseaux sociaux qui me donnent une image du monde que je crois réaliste, je suis, comme beaucoup d’autres, déjà sur une autre planète.

Sur ma planète, la plupart des gens vivent en ville, s’intéressent aux nouvelles technologies, à la science et aux jeux vidéo. Pour beaucoup, ils ont été à l’université ou dans de grandes écoles et on y croise souvent des journalistes, des développeurs, des designers, des professeurs ou des doctorants. Ma planète partage son avis sur des séries, va au cinéma, écoute de la musique contemporaine, rit aux blagues qui me font rire, pleure quand des tragédies me touchent.

Elle partage avec moi, il me semble, un idéal égalitaire, une volonté de progrès social et d’intégration et des luttes que nous estimons justes — qu’il s’agisse de l’égalité entre les hommes et les femmes, l’accueil des migrants ou l’arrêt des discriminations contre les minorités. D’autres causes sont plus militantes et minoritaires chez elle, comme le végétarisme. Comme moi, je crois, elle a ses travers : ma planète est dépolitisée, un poil cynique et a tendance à oublier très vite les grands combats de la veille. Mais malgré tout, malgré ses défauts, j’y me sens bien.

Ma planète n’est pas la planète

Et pourtant, même si ma planète reflète mon monde, elle ne reflète pas le monde. Elle est simplement prise dans ce que l’on appelle une bulle de filtrage : algorithmes et techniques de collectes de données aidant, un cocon numérique s’est créé autour de nous et il est aujourd’hui très difficile d’en sortir. Facebook, le réseau social le plus utilisé au monde, est bien connu pour cela. Quand vous cliquez sur un J’aime, ou que vous masquez une publication qui vous déplaît, Facebook apprend vos préférences. Avec l’ajout récent des réactions par smiley interposé, Facebook sait même maintenant ce que je ressens quand je commente une publication : il sait ce qui me fait rire, ce qui me révulse et ce qui m’attriste.

En affinant ce profil que Facebook s’est fait de moi, il va parvenir à me proposer des contenus qui déclenchent des émotions positives, des contenus que je peux aimer et partager. Je n’ai jamais croisé un seul supporter de Trump dans mon feed Facebook, français ou américain — et c’est précisément le constat de Matthew Hughes, journaliste pour The Next Web, à qui nous avons emprunté le titre de cet article : « Comme la plupart des gens, je vis dans une bulle que j’ai créée, où les seules perspectives que je croise sont similaires aux miennes  », affirme-t-il.

Et je ne peux qu’abonder : quand j’ai vu passer des propos que j’estimais malsains ou déplacés dans mon feed Facebook, j’ai simplement cliqué sur « Ne plus voir les publications de cette personne ». Je n’ai pas perdu mon temps à essayer d’avoir raison sur Internet. J’ai tout simplement masqué l’attaque, la tentative de percer dans ma bulle de confort. Petit à petit, je me suis créé un espace dans lequel je me sens en harmonie — et qui pourrait blâmer quelqu’un de chercher confort et bien-être ?

This artist’s impression shows how Mars may have looked about four billion years ago. The young planet Mars would have had enough water to cover its entire surface in a liquid layer about 140 metres deep, but it is more likely that the liquid would have pooled to form an ocean occupying almost half of Mars’s northern hemisphere, and in some regions reaching depths greater than 1.6 kilometres.

Cette tendance à la bulle de filtrage est partout : Amazon les utilise déjà depuis longtemps pour vous suggérer des produits, Twitter pour vous suggérer des comptes, Netflix pour vous suggérer des séries, Google pour vous suggérer des résultats de recherche (faites une même recherche sur Google classique et sur Google en navigation privée pour vous en convaincre).

Et le pire, c’est que ces services n’ont aucune bonne raison de ne pas le faire : quand nous avons demandé au géant de la SVoD si leur algorithme de recommandation ne limitait pas le champ culturel de leurs clients, conseillant toujours et encore les mêmes programmes, leur réponse a été catégorique. L’algorithme de Netflix tente en effet de déstabiliser ses clients : un programme affiché en une un beau jour sera complètement sorti du filtre et proposé de manière aléatoire. Résultat : c’est extrêmement rare que le client le regarde. Tout comme il y a très peu de chance qu’Amazon vende un Marc Lévy à un amoureux de littérature. Ce qui renforce l’idée que l’algorithme est utile.

La bulle de filtrage est donc un véritable problème technologique : elle est particulièrement efficace en pratique, mais est tout autant dangereuse dans la mesure où elle masque la réalité du monde. Surtout quand elle se double de notre deuxième piège : le biais de confirmation.

Le décodage pour les décodés

Quand on regarde le traitement médiatique de la campagne de Donald Trump — ou celui, plus proche de nous, des primaires et des sorties médiatiques des hommes et femmes politiques –, on lit beaucoup de debunk. Le Monde, journal de référence en France, a même ouvert une excellente rubrique nommée Les Décodeurs qui s’attelle, jour après jour, à vérifier des petites phrases ou des théories populaires pour les confirmer, les infirmer ou les préciser. Mais le principal problème auquel fait face une rubrique de ce genre, c’est qu’elle s’adresse, majoritairement, aux convaincus : elle n’atteint pas, massivement, la bulle de filtrage de ceux qui doutent ou répandent les rumeurs analysées.

Et de leur côté, les supporters de Trump ont aussi eu leur petite bulle de filtrage, alimentée par des médias d’extrême droite, militants, pratiquant en masse ce qu’ils nomment la réinformation, convaincus que le système médiatique est contre eux. Aux États-Unis, Breitbart est devenu le leader de cette contre-pensée qui cherche des boucs-émissaires, refuse des théories scientifiques ou tire les faits pour en faire des contre-vérités. Le militantisme se fait alors passer pour du journalisme : le fait ne compte plus, c’est le programme qui le remplace.

Maintenant, changez une seconde de planète. Mettez vous dans la peau, le feed Facebook et le compte Twitter d’un électeur républicain pas franchement convaincu de Donald Trump. Son réseau premier est constitué de gens comme lui, qui hésitent, qui doutent, qui en ont marre de vivre à la limite du seuil de pauvreté et qui ne savent pas trop vers qui se tourner pour que leur colère remonte au plus haut des états — et certainement pas vers ceux qui veulent l’abandonner en allant sur Mars.

Au lieu de lire les articles du Monde ou du New York Times démontrant que Trump ment, que ses propositions ne tiennent pas debout, qu’il risque de rendre encore plus fragile sa situation déjà précaire, qu’il représente des valeurs nauséabondes qu’il ne partage pas et — pire que tout — que le candidat fait partie intégrante du système qu’il dit combattre, l’électeur indécis va tomber petit à petit sur du contenu militant.

Il n’a pas de travail à cause des Mexicains, pas de perspective à cause du complot chinois sur le réchauffement climatique et risque de mourir s’il croise un migrant, qui sont tous des terroristes sanguinaires. Le biais de confirmation, très bien expliqué dans la Démocratie des crédules du sociologue Gerald Bronner, entre alors en jeu : des tas de gens, et même de nouveaux médias, affirment ce qu’il était à deux doigts de penser. Il ne peut donc pas avoir tort — c’est qu’il a raison. Il va liker. Et se retrouver avec de nouveaux articles, commentaires et analyses, entre informations réelles, information alternative et désinformation. L’indécis s’est transformé en convaincu.

Le militantisme se déguise en journalisme et l’indécis devient convaincu

Ni moi, ni ceux de ma bulle, ni les réseaux sociaux n’auront cherché à y faire quoi que ce soit, car nous avons tous préféré notre discours — sur nos planètes respectives.

Que peut-on faire ?

Peut-on éviter qu’une telle situation s’aggrave ? Que des groupes d’humains toujours plus grands soient enfermés de chaque côté du monde numérique ? Dans un article de Motherboard daté de juillet 2016, on lisait que le phénomène des bulles de filtrage allait de mal en pis. L’article s’appuyait sur deux faits : d’un côté, que 62 % des adultes américains s’informaient sur les réseaux sociaux ; de l’autre, que les nouveaux algorithmes de Facebook ont été conçus pour « nous rapprocher des gens, des lieux et des choses desquels nous sommes proches ».

En 2014, un article du Nieman Lab, l’institut d’étude du journalisme de Harvard, affirmait le contraire, s’appuyant sur une étude de la New York University menée par le chercheur Pablo Barberá. Elle disait peu ou prou qu’au contraire, les réseaux sociaux permettaient la confrontation avec des gens avec qui nous avons des liens faibles. Le chercheur affirmait alors que Twitter, par exemple, nous mettait en relation avec des gens croisés au détour d’un voyage d’affaires ou d’une personne dont nous aurions juste entendu parler, ce qui, finalement, constitue un socle plus diversifié que notre entourage proche dans la vraie vie.

À lire sur Numerama : Sur Facebook, vos opinions politiques n’ont quasiment aucun impact

C’est vrai, mais c’est sans compter notre aptitude merveilleuse à choisir ce que l’on a envie de lire, qui l’on a envie de suivre, avec qui l’on a envie de discuter — le tout associé aux algorithmes qui nous aident à choisir.

À tout problème complexe, il n’existe pas de solution miracle. Le problème des bulles de filtrage doit être médiatisé et connu car il fait aujourd’hui, en partie, ce que nous sommes et par extension, construisent le monde dans lequel nous vivons. Veut-on s’apercevoir demain que le Front National ou les théories farfelues du Grand Remplacement sont soutenus par une majorité de Français alors que nous avions l’impression de vivre dans un monde où l’extrémisme et les complots sont marginaux, si ce n’est inexistant ? Probablement pas. Se rendre compte de la réalité du monde est donc un premier pas et pour le faire, il est nécessaire de faire exploser les bulles, quitte à se faire du mal.

Et la deuxième étape est une lutte active contre la désinformation, à toutes les échelles, pas seulement sur internet et dans les bulles qui la combattent aujourd’hui dans un entre-soi qui ne mène pas à grand chose. C’est, pour le New York Times, l’un des plus grands défis modernes.

Ce n’est qu’avec cet instantané du monde tel qu’il est, évitant la simplicité qui est de pointer du doigt les électeurs, que de vraies réponses pourront être apportées — qu’elles passent par l’éducation, l’économie — Facebook songent déjà à des solutions — ou les médias.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés