Face aux mesures prises contre elle en Californie, la société Uber change de tactique : ses voitures autonomes rouleront désormais dans l'État de l'Arizona.

Si la Californie ne veut pas des voitures autonomes conçues par Uber, peut-être que l’État de l’Arizona se montrera plus accueillant. C’est en tout cas ce que doit espérer la compagnie américaine spécialisée dans les applications d’appel de taxi et de covoiturage, alors que l’autorité californienne en charge des transports a révoqué ses cartes grises cette semaine.

Uber - San Francisco

Et visiblement, Uber est attendu avec impatience en Arizona. « L’État de l’Arizona accueille Uber et ses voitures autonomes à bras ouverts et lui ouvre ses routes en grand », a lancé le gouverneur républicain, Doug Ducey. « Si la Californie freine l’innovation et le changement avec plus de bureaucratie et de plus de réglementation, l’Arizona ouvre la voie plus plus de technologie et davantage de nouvelles opportunités ».

En réalité, les mesures prises par la Californie à l’encontre d’Uber ont été motivées par le fait que l’entreprise avait lancé sa phase de test sans avoir obtenu le permis adéquat, mais aussi parce qu’une association de cyclistes a considéré que certaines manœuvres de ces voitures autonomes mordaient franchement sur les pistes cyclables, mettant ainsi en danger les personnes qui les empruntent.

À lire sur Numerama : La Californie oblige Uber à remiser ses voitures autonomes au garage

Partager sur les réseaux sociaux