Uber a reconnu un « problème » d'approche des pistes cyclables sur ses voitures autonomes. Les véhicules, en phase de test à San Francisco, ont été épinglés par une association de cyclistes locale alors que l'entreprise fait déjà face à de nombreuses critiques.

Les voitures autonomes d’Uber n’en finissent plus de se faire remarquer depuis le lancement de leur phase de test dans les rues de San Francisco la semaine dernière en l’absence de toute autorisation de l’État californien, qui menace l’entreprise de poursuites.

Le dernier comportement à risque observé après l’incident du feu rouge brûlé (par un humain) concerne la tendance de ces véhicules — qui roulent en présence d’un conducteur — à tourner dangereusement sur les pistes cyclables.

Brian Wiedenmeier, à la tête de l’association cycliste San Francisco Bicycle Coalition, épingle l’entreprise sur son site officiel : « Pendant mon trajet de lundi, le véhicule qui était en mode ‘conduite autonome’, comme celui qui se trouvait devant, ont brusquement pris un crochet dangereux sur une piste cyclable. L’incident s’est reproduit par deux fois. »

À ses yeux, aucun doute n’est permis : « Ces véhicules ne sont pas prêts pour rouler dans nos rues. » Il rappelle au passage que ce genre de pratique figure parmi les principales causes des accidents les plus graves entre les voitures et les vélos.

uber-velo-crochet
San Francisco Bicycle Coalition

Une porte-parole d’Uber citée par le Guardian a reconnu un « problème » dans la façon dont ces véhicules autonomes franchissent les voies cyclables et affirmé que les ingénieurs de l’entreprise travaillent à la résolution de ce défaut.

Cette problématique s’avère particulièrement importante à San Francisco, où l’on dénombre près de 82 000 trajets à vélo par jour et plus de 300 kilomètres de pistes cyclables.

Partager sur les réseaux sociaux