La Californie a révoqué les cartes grises des 16 véhicules autonomes d'Uber qui circulaient à San Francisco depuis une semaine. La société cherche désormais un autre lieu d'expérimentation.

L’expérience aura duré à peine une semaine : Uber vient d’annoncer la fin de la circulation de ses 16 voitures autonomes à San Francisco. La rencontre de l’entreprise avec les régulateurs du DMV (l’autorité légale, au niveau de l’État, en charge des véhicules automobiles) s’est soldée par un retrait de cartes grises et par une invitation à obtenir un permis de circulation, peu de temps après qu’une association de cyclistes reproche aux véhicules de tourner dangereusement sur les pistes cyclables.

Uber a annoncé la nouvelle dans un communiqué : « Nous avons arrêté notre expérience de conduite autonome en Californie après la révocation, par le DMV, des cartes grises de nos véhicules. Nous cherchons désormais où redéployer ces voitures sans oublier notre engagement à 100 % pour la Californie et le doublement de nos efforts pour créer des règles fonctionnelles au niveau de l’État. »

Uber avait décidé de lancer sa phase de test sans permis

L’entreprise pouvait s’y attendre puisqu’elle avait décidé de lancer sa phase de test avec ses Volvo XC90 sans avoir obtenu le permis nécessaire du DMV, qui la menaçait de poursuites juridiques. Uber avait poursuivi son projet malgré tout en affirmant que la législation sur les véhicules autonomes n’était pas applicable puisque ses voitures nécessitent la présence d’un conducteur.

Ses tests de véhicules autonomes se poursuivent en revanche à Pittsburgh, de l’autre côté des États-Unis, depuis leur lancement en septembre.

Partager sur les réseaux sociaux