Une étude de BuzzFeed News montre que les fausses informations ont généré plus de partages sur Facebook que les informations vérifiées des médias traditionnels.

Le Pape François qui soutiendrait Donald Trump est une fausse information qui a été partagée plus de 960 000 fois sur Facebook, soit plus que n’importe quelle autre actualité sur la présidentielle américaine comme le révèle BuzzFeed News. Nous évoquions déjà un chiffre dépassant les 800 000 partages au lendemain de l’élection américaine. Plus percutant encore : l’article de désintox qui explique qu’il s’agit d’un fake, n’a été partagé que 300 000 fois sur le réseau social Facebook.

Les analyses de BuzzFeed montrent bien que Facebook a joué un rôle de désinformation majeur dans cette campagne présidentielle américaine, quoi qu’en pense Mark Zuckerberg. Ainsi, durant les trois derniers mois de cette longue campagne qui opposait Hillary Clinton et Donald Trump, les fausses actualités étaient plus partagées par les utilisateurs de Facebook que l’ensemble des actualités vérifiées des médias traditionnels.

BuzzFeed News
BuzzFeed News

Toujours selon BuzzFeed, les 20 articles de fausses actualités les plus performants sur le réseau social ont généré plus de 8 711 000 partages, réactions et commentaires. Durant la même période, les 20 articles vérifiés les plus performants n’ont atteint que 7 367 000 partages, réactions et commentaires.

Facebook serait ainsi devenu un canal de désinformation très actif durant les trois derniers mois avant le jour du vote, jusqu’à ce que la courbe de l’information rejoigne celle de l’intox. Cette dernière a fini par gagner.

Ainsi, les articles les plus partagés sur Facebook colportaient des histoires complètement fausses comme celle du Pape François soutenant Trump, ou encore, que WikiLeaks aurait révélé que Clinton a vendu des armes à l’État Islamique.

BuzzFeed News
BuzzFeed News

Un porte-parole du réseau social a expliqué à BuzzFeed que ces résultats ne reflétaient pas l’engagement total sur leur plateforme.

Alors que Facebook semble à peine vouloir bouger ses lignes sur la question des fausses actualités, une telle enquête devrait au moins mettre le premier réseau social du monde face à des responsabilités que sa direction ne cesse de fuir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés