Selon Le Monde, la police munichoise aurait le sentiment que l'arme utilisée par le tueur de Munich a été achetée « sur le Dark Net », tout en avouant n'en avoir actuellement aucune certitude.

Ce lundi, le quotidien Le Monde écrit en titre que « L’auteur de la tuerie de Munich a « vraisemblablement » acheté son arme sur le Dark Net », et que « selon la police de la ville, le pistolet utilisé par David Ali Sonboly, un Glock calibre .9 mm, a vraisemblablement été acheté en ligne, sur un site de vente du Dark Net ». Mais le même article contre-balance totalement cette information qui n’en est donc pas une.

«  La police de Munich, très prudente depuis la tuerie dans les informations qu’elle diffuse, précise ne pas être certaine que David Ali Sonboly soit passé par ce canal pour se procurer l’arme utilisée dans la tuerie. Il s’agissait en effet d’une arme dite « neutralisée », à savoir une arme réelle dont l’utilisation a été rendue impossible », précise ainsi Le Monde.

Vendues aussi sur le Web normal

« La vente de ces armes est alors légale sans grandes formalités – principalement à destination des collectionneurs ou des accessoiristes de cinéma ou de théâtre, et il est possible de s’en procurer sur des sites spécialisés qui ne sont pas hébergés sur le Dark Net. Le chef de la police de Munich a d’ailleurs affirmé dimanche que l’arme utilisée était un ”pistolet de théâtre” ».

On ne sait donc pas très bien d’où vient l’affirmation de la police munichoise selon laquelle l’arme aurait été «  vraisemblablement achetée » sur une boutique hébergée par Tor, et alors probablement payée en Bitcoins.

C’est tout à fait possible mais pas davantage que l’achat du pistolet remis en fonctionnement auprès de fournisseurs de proximité, dans les quartiers munichois. Si la vente d’armes à feu sur Internet est une réalité, on ne peut pas dire que l’achat en ligne soit particulièrement discret pour quelqu’un qui chercherait à éviter d’être surveillé, et qui se ferait livrer un Glock par la poste. Même si le risque du trafic d’armes par Internet est connu, nous n’avons pas en mémoire le moindre cas de tuerie dans laquelle aurait été confirmée l’acquisition d’armes par Internet. Munich pourrait être une première, mais il faudra attendre d’avoir plus qu’un pressentiment des autorités.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés