Alors que la police demande à pouvoir travailler sans être filmée, pour appréhender les auteurs d'une fusillade près de Bruxelles à Forest, les internautes belges tentent à nouveau de lancer une opération à base de lolcats : #ForestLockdown.

Mardi après-midi, une perquisition réalisée dans une maison au sud de Bruxelles, dans le quartier de Forest, a dégénéré. Menée dans le cadre du volet belge de l’enquête sur les attentats du 13 novembre à Paris, la perquisition a donné lieu à des échanges de tirs entre les policiers — trois auraient été blessés — et deux hommes, qui auraient pris la fuite. Un scénario catastrophe pour les forces d’intervention, qui craignent plus que tout que les fuyards s’en prennent à des civils, et qui espèrent les appréhender au plus vite.

Or il est difficile de réaliser des opérations de police efficaces et de sécuriser la population lorsque le moindre mouvement des policiers est filmé et rendu visible y compris pour les suspects. Le problème se pose régulièrement s’agissant des chaînes d’information en continu, qui sont parfois rappelées à l’ordre par le CSA ou ses homologues étrangers, mais aussi de plus en plus avec les internautes qui s’improvisent journalistes  le temps d’un événement qui se déroule sous les yeux.

C’est le cas ce mardi à Forest, où les photos et vidéos de l’intervention n’ont cessées d’être diffusées en direct sur les réseaux sociaux. Le service Periscope de Twitter a notamment été un véhicule particulièrement suivi, avec parfois plus d’un millier d’internautes à suivre le même flux vidéo, filmé en live par le propriétaire d’un smartphone présent sur les lieux. Il suffit d’ajouter un hashtag #Forest et #Fusillade, et la circulation du flux est assurée. Mais l’on peut aussi géolocaliser les flux pour les trouver immédiatement.

periscope-film
Capture d’écran d’un flux Periscope montrant l’intervention des forces belges à Forest.

forest-periscope

#ForestLockdown ?

En conséquence, la police belge a demandé à toute la population de ne pas diffuser d’images. La consigne que l’on a connu aussi en France avait été magnifiquement respectée par les Belges en novembre dernier, avec la diffusion sympathique de milliers de lolcats (via le hashtag #BrusselsLockDown), mais elle n’aura pas servi de leçon pour tout le monde.

De nombreux internautes tentent toutefois de lancer le hashtag #ForestLockdown, pour rappeler le mouvement de novembre 2015 :

Mais il est aussi décliné avec des loutres :

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés