À la suite de la tuerie du Bataclan, les enquêteurs ont découvert dans une poubelle un téléphone qui n’était visiblement pas chiffré. Un SMS déterminant a été découvert.

Alors que les forces du RAID et de la Brigade Rapide d’Intervention (BRI) ont donné l’assaut à 4H30 du matin pour tenter d’extraire des complices présumés des attentats du 13 novembre (dont une femme qui s’est faite sauter avec une ceinture d’explosifs), des informations sur l’enquête pourraient relancer le débat sur le chiffrement des téléphones mobiles.

Selon une information de Mediapart confirmée ce matin par Le Monde, les enquêteurs en charge des investigations sur la tuerie du Bataclan ont découvert dans une poubelle un téléphone mobile, dont ils ont pu consulter le contenu, qui n’était visiblement pas chiffré comme c’est le cas sous iOS 9 ou avec certains téléphones Android lorsqu’ils sont verrouillés.

Dans ce téléphone, les enquêteurs ont découvert un SMS qui disait « on est parti on commence ».

On est parti on commence.

Même si ni le nom du destinataire ni l’identité exacte de l’expéditeur n’étaient pas connus, les policiers ont été convaincus qu’il s’agissait du message utilisé par le coordinateur des différents attentats perpétrés vendredi soir à Paris et à Saint-Denis. Ils ont donc pu réquisitionner les informations de géolocalisation associés aux numéros de téléphone — savoir quelles antennes-relais ont été activées — pour remonter jusqu’à l’un des points de chute des djihadistes, à Alfortville. Un premier fil qui a donc peut-être permis de remonter ensuite jusqu’aux commandos retranchés à Saint-Denis, qui font l’objet de l’assaut de ce mercredi matin.

Dimanche, Le Figaro publiait le témoignage d’un homme qui se trouvait à quelques rues du Bataclan vendredi soir, qui avait vu arriver une voiture Polo noire immatriculée en Belgique, avec des passagers suspects à l’intérieur. « J’ai bien vu le visage du conducteur et celui du passager car ils ont commencé à tapoter sur leur smartphone, ce qui a fait que cela éclairait leur visage », racontait-il.

Même si le débat sur le chiffrement du contenu des smartphones sera relancé par cette information, et si la position ferme de Tim Cook pour protéger la vie privée de ses clients sera de plus en plus difficile à tenir, il faut rappeler que les enquêteurs auraient pu réaliser la même enquête sans la découverte du SMS en clair. Le seul téléphone dispose d’une carte SIM qui permet d’obtenir les mêmes informations de géolocalisation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés