La France est le quatrième pays au monde qui demande le plus d'informations sur les utilisateurs à Facebook, et le troisième à demander le plus de suppressions de contenus. Mais sa curiosité reste stable sur le dernier semestre.

Facebook a publié mercredi son nouveau rapport des demandes gouvernementales, qui divulgue pays par pays le nombre de demandes officielles d’informations concernant des utilisateurs du réseau social, et le nombre de contenus que les États ont demandé à faire bloquer. Le nouveau rapport couvre le premier semestre 2015.

Au niveau international, les demandes de données ont connu sur cette période une croissance de 18 %, avec 41 214 requêtes reçues par Facebook de la part des autorités judiciaires ou administratives des différents pays, contre 35 051 requêtes au dernier semestre 2014.

Chaque réquisition pouvant concerner plusieurs comptes, c’est au total 57 551 comptes Facebook qui ont fait l’objet de demandes d’informations qui peuvent être de nature très diverses : identité de l’internaute, adresse e-mail utilisée pour créer le compte, adresse IP, messages privés, liste des amis, journal de connexion, géolocalisation…. tout ce que possède Facebook peut potentiellement faire l’objet de demandes.

La France est très curieuse mais s’en explique mal

Dans le classement, la France est le quatrième pays qui demande le plus d’informations sur les utilisateurs, avec 2 520 requêtes officiellement reçues des autorités judiciaires ou administratives, concernant 2 847 comptes. C’est un volume stable par rapport au semestre précédent qui avait vu la France demander des informations sur 2 885 internautes.

Mais seulement 45,50 % des demandes françaises aboutissent à la fourniture totale ou partielle d’informations à la France, ce qui dénote d’un manque de justifications sérieuses ou de respect des procédures imposées par Facebook, pour plus d’une demande sur deux. « Chacune des demandes que nous recevons fait l’objet d’une vérification de sa validité juridique et nous rejetons ou demandons plus de précisions sur les requêtes qui sont trop larges ou trop vagues », explique le réseau social.

Le manque de qualité des demandes françaises est une caractéristique que l’on retrouve globalement dans tous les rapports de transparence émis par les géants du Web, mais qui tend à s’améliorer. Jamais Facebook n’avait répondu à une proportion aussi importante de demandes de la France qu’au premier semestre 2015.

Le pays qui demande le plus de données reste de loin les États-Unis, qui ont réquisitionné des données sur 26 579 internautes. Mais les USA peuvent alors agir soit en leur propre nom, soit au titre de l’entraide judiciaire à l’encontre d’une entreprise dont le siège est basé en Californie. Faute de détails, il est impossible de connaître la part des deux.

La France 3ème demandeur de censure de contenus

Par ailleurs, les États ont collectivement demandé la restriction de l’accès à 20 568 contenus publiés sur Facebook, ce qui représente une augmentation spectaculaire de 112 % de la censure d’origine étatique par rapport au dernier semestre 2014.

La France est le troisième pays au monde qui demande le plus de suppressions de contenus avec 295 contenus faisant l’objet de demandes de censure au premier semestre 2015. C’est énormément plus que sur la période précédente (22 contenus restreints seulement), et plus de 3 fois supérieur au précédent record de 80 contenus supprimés au dernier semestre 2013.

Cette explosion de contenus supprimés à la demande des autorités françaises s’explique très certainement par les attentats commis contre Charlie Hebdo et l’épicerie juive de la porte de Vincennes, en janvier 2015. Les autorités françaises s’étaient montrées extrêmement vigilantes contre les contenus perçus comme de l’apologie du terrorisme. Facebook explique pour sa part qu’il a bloqué des contenus qui concernent le négationnisme et l’apologie du terrorisme.

15 autres pays dans le monde font supprimer localement des contenus spécifiques, qui sont interdits par leurs lois mais pas de façon universelle. Les principaux demandeurs de blocages de contenus sont l’Inde (15 155 contenus visés), la Turquie (4 496), la France (295), Israël (195), l’Allemagne (188) et l’Autriche (170).

Le nombre des contenus bloqués officiellement à la demande des États reste toutefois extrêmement faible au regard des 1,5 milliards d’utilisateurs qui fréquentent Facebook presque tous les jours, et des dizaines de milliards d’informations qu’ils publient chaque jour. L’essentiel de la censure se fait sans l’intervention directe des autorités nationales, par le biais de la modération réalisée par les équipes de Facebook avec l’aide des internautes eux-mêmes, qui signalent les contenus illicites ou immoraux. Et une partie de la censure étatique se cache derrière cette modération pour laquelle Facebook ne communique aucun chiffre. D’où l’importance d’exiger la transparence sur ces chiffres-là aussi.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés