Le fournisseur d'accès Internet néerlandais Wanadoo Pays-Bas va introduire un "peercache" pour les fichiers que leurs abonnés veulent télécharger sur KaZaA.

Selon le FAI hollandais, KaZaA représenterait au moins 25 % de leur trafic. Grâce à cet investissement Wanadoo espère économiser sur le trafic international qui coûte très cher. Le système peercache a été développé par Joltid, l’entreprise suédoise qui n’est autre que celle à l’origine du réseau FastTrack (le moteur de KaZaA). Il consiste à stocker les fichiers les plus demandés sur le peercache qui aura une taille de 0,8 téraoctets (800 GO). De cette manière, quand un abonné hollandais de Wanadoo voudra télécharger un fichier sur KaZaA, celui-ci ira d’abord vérifier s’il n’est pas déjà stocké dans le cache, auquel cas le téléchargement s’effectuera beaucoup plus rapidement.

Selon Lammert van Raan, le directeur du Business Development de Wanadoo Pays-Bas, les directives européennes autorisent le caching tant que les fichiers ne restent pas plus de 48 heures sur le serveur. Le verdict américain mettant FastTrack à l’abri des poursuites ainsi que la victoire de KaZaA contre la STEMRA BUMA, la SACEM néerlandaise, ont également été pris en compte.

Wanadoo envisagerait d’implanter ce système à d’autres pays européens. Il a même été question qu’elle développe sa propre version de KaZaA, sans publicité, mais ce projet a été reporté sine die. Un des plus grands FAI européens prend ainsi fait et cause pour le P2P… ou pour son porte-monnaie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés