On savait le téléchargement illégal en nette progression, et l’inefficacité relative de la stratégie de poursuites judiciaires sur la mentalité des internautes. Une nouvelle enquête menée par la Commission Européenne va dans le même sens. On y apprend que si les jeunes européens connaissent les risques liés au téléchargement illégal, cela ne les empêche pas de le pratiquer, considérant les virus, par exemple, comme une menace beaucoup plus dissuasive.

Parmi les « excuses » que l’on retrouve invoquées, le fait que tout le monde (y compris leurs parents) s’y adonne, que le téléchargement est dans le cadre d’une utilisation privée, que les tentatives de l’industrie pour montrer le mal fait aux artistes manquent de crédibilité, et que les CDs ou DVDs sont trop coûteux. Et ce n’est pas cet employé de Warner Brothers Television qui en démordrait. Les réseaux de peer-to-peer, sur lesquels il a lâché la dernière saison de Pushing Daisies sans en avoir informé son supérieur, constituent vraisemblablement un excellent moyen de promotion : « j’imagine que beaucoup de personnes pensent en théorie qu’avoir une série à l’avance est une bonne idée. Surtout quand cette série suscite beaucoup d’excitation après l’avoir vue. »

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés