Il est une critique qui revient sans cesse concernant Wikipedia, celle de la qualité, la pertinence ou même la véracité douteuse de certains de ses contenus. Mais Luca de Alfaro, professeur officiant dans une université de Californie, a peut être trouvé une solution. Pas celle de faire disparaître les erreurs, non, car cela serait purement utopiste, mais au moins d’informer les lecteurs sur la fiabilité du contenu.

Le code qu’il a mis en place prend en compte deux facteurs : la qualité des informations soumises par un rédacteur, et la « résistance » de cette information au temps. En gros, il s’agirait de mettre en rouge les informations nouvelles. Après un certain délai passé, le texte passerait en noir, signifiant qu’il serait plus ou moins digne de confiance puisque personne ne l’aurait corrigé depuis.

Chaque rédacteur serait alors noté sur la pertinence de ses informations. Si le contenu qu’il soumet n’est jamais soumis à quelconque correction, son profil penche du côté des « éditeurs de confiance », et inversement si ses éditions sont sans cesse corrigées. Ainsi, le contenu publié par un « éditeur de confiance » resterait moins longtemps en rouge que celui d’un rédacteur lambda.

L’idée, qui a été embrassée par Jimmy Wales, co-fondateur du site, sera testée avant de la voir éventuellement appliquée sur Wikipedia, le temps pour l’équipe de voir comment fonctionne le code et d’évaluer son efficacité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés