Le célèbre musée britannique demande aux internautes de l'aider à comprendre la signification d'une inscription figurant sur la lame d'une épée portée par des Croisés, dont la conception est datée entre 1250 et 1330.

Si vous êtes passionné de cryptologie et d'histoire, voici qui devrait vous plaire. Le British Museum a publié sur son blog un appel à l'aide de la communauté scientifique vers les internautes, pour tenter de percer le mystère d'une épée découverte en juillet 1825 dans la rivière de Witham, dans l'Est de l'Angleterre, dans le comté du Lincolnshire.

Munie d'un double tranchant, l'épée de 1,2 kg et de 96 cm de long est l'un des plus beaux exemplaires découverts d'une série d'épées de grande qualité du 13ème siècle, sans doute détenues par de riches chevaliers engagés dans les Croisades. Et comme souvent avec les Croisades, le mystère les accompagne. Ainsi l'épée de Witham intrigue les historiens par l'inscription qui parcoure l'un des côté de la lame : +NDXOXCHWDRGHDXORVI+ :

Près de deux siècles après sa découverte, l'inscription reste indéchiffrée, et les conservateurs du British Museum qui l'exposent au public espèrent désormais obtenir leur aide, grâce à internet. Marc van Hasselt, de l'Université d'Utrecht, a publié quelques indications qui pourraient aider à orienter les travaux. Il explique ainsi que ce type d'inscription n'est pas une première, et que l'on retrouve la même calligraphie énigmatique sur plusieurs épées retrouvées notamment en Suède, en France ou en Pologne. Il pense que l'inscription doit se lire en latin, qui était la langue internationale (ou plutôt européenne) de l'époque, et propose de comparer le message avec celui qui figure sur l'épée découverte à Alphen aan den Rijn, aux Pays-Bas : 

+BENEDOXOFTISSCSDRRISCDICECMTINIUSCSDNI+
+DIOXMTINIUSESDIOMTINIUSCSDICCCMTDICIIZISI+

Chaque message "commence par une sorte d'évocation", croit comprendre va Hasselt. "Sur l'épée de Withma, c'est NDXOX, qui peut correspondre à Nostrum Dominus (notre Seigneur) ou Nomine Domini (le nom du Seigneur), suivi par XOX. Sur l'épée d'Alphen, les lettres de départ se lisent BENEDOXO. Très probablement, il faut lire Benedicat (une bénédiction), suivi par OXO. Peut-être que les combinaisons de lettres – XOX et OXO – font référence à la Sainte Trinité. Sur l'épée d'Alphen, une combinaison est répétée alors trois frois : MTINIUSCS, ce que j'interprète comme Martinius Sanctus – Saint Martin. Peut-être qu'un Saint est également évoqué sur l'épée de Witham ?"

Ce n'est pas la première fois que l'aide d'internautes est ainsi demandée pour déchiffrer des mystères historiques. En 2012, l'Université d'Oxford avait ainsi sollicité de l'aide pour comprendre le Proto-Elamite, l'un des systèmes d'écriture encore incompris utilisés au Moyen-Orient. Le crowdsourcing peut aussi servir à des problèmes beaucoup plus contemporains. Ainsi en 2011, le FBI avait demandé au public de l'aider à déchiffrer le message codé trouvé dans les poches du pantalon d'une victime d'homocide. Sans succès.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés