L'administration américaine n'a pas l'intention d'excuser Edward Snowden pour les fuites dont il est à l'origine. Répondant à une pétition demandant une grâce présidentielle, la Maison-Blanche a écarté cette perspective.

Edward Snowden ne doit s'attendre à aucune indulgence de la part de Barack Obama. C'est le message qu'a fait passer Lisa Monaco, l'actuelle conseillère à la sécurité intérieure au sein du bureau exécutif du président des États-Unis, alors qu'une pétition sur le site de la Maison-Blanche, qui a dépassé les 167 000 signatures, demandait au chef de l'État de faire jouer son droit de grâce.

Mise en ligne le 9 juin 2013, c'est-à-dire quelques jours à peine après les premières révélations sur les activités secrètes de la NSA, la pétition déclare que "Edward Snowden est un héros national et devrait immédiatement bénéficier d'une grâce pleine et absolue pour tous les crimes qu'il a commis ou a pu commettre dans le cadre des révélations sur les programmes de surveillance confidentiels de la NSA".

Dans sa réponse, Lisa Monaco note surtout que Snowden se trouve à l'étranger au lieu de faire face à la justice. "Il devrait rentrer aux USA et être jugé […], au lieu de se cacher derrière la protection d'un régime autoritaire. En ce moment, il fuit les conséquences de ses actes". Edward Snowden est actuellement réfugié en Russie depuis le 31 juillet 2013 et bénéficie d'un permis de séjour jusqu'en 2017.

Ironie de la situation, Lisa Monaco a souligné les engagements de l'administration Obama pour protéger la population américaine tout en respectant ses libertés civiles. Mais, comme le pointe MSNBC, les discussions sur l'équilibre entre sécurité et vie privée, la réforme de la NSA et les diverses mesures engagées par la Maison-Blanche trouvent justement comme point d'origine…. Edward Snowden.

Au début du mois, l'ancien procureur général des USA, Eric Holder, estimait qu'un accord entre Snowden et le ministère de la justice était à portée de main. Mais la réaction de Lisa Monaco à la pétition appelant à la clémence des autorités ferme manifestement cette piste. De fait, il n'est pas certain que Snowden rentre au pays en l'état, car les lois qui sont brandies contre lui pour le poursuivre incluent la peine de mort.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés