Nokia a testé des drones pour contrôler automatiquement l'état général et le bon fonctionnement d'antennes-relais déployées par l'opérateur Du, aux Emirats Arabes Unis. Une méthode qui pourrait se généraliser à l'avenir.

Nokia, qui précise que d'autres opérateurs télécoms commencent aussi à déployer les mêmes technologies, a annoncé cette semaine avoir réalisé un test d'inspection par drones des antennes-relais de l'opérateur Du, aux Emirats Arabes Unis. Il s'agit aussi bien de vérifier l'installation physique des antennes, en envoyant un drone filmer la tour pour vérifier que tout est en place et en bon état, que de réaliser des mesures de performance.

Faute de pouvoir survoler des zones habitées, Nokia a réalisé son test sur des antennes déployées au Dubai Sports City, un complexe d'installations sportives qui comprend notamment le grand Stade International de Dubai, utilisé principalement pour le cricket.

Les tests ont consisté à réaliser des mesures automatisées pour obtenir un ensemble d'indicateurs de performances clés (KPIs), envoyés et analysés en temps réel par les serveurs de contrôle de Nokia, qui peuvent réagir en ajustant automatiquement les paramètres qui présentent des défauts. En se baladant dans les zones en principe couvertes par l'antenne-relais, le drone permet de vérifier que le signal passe bien avec la puissance qu'il est censé avoir à un endroit donné, et peut vérifier par exemple si un arbre situé entre l'antenne et le terminal fait perdre de la puissance de réception. Il devient ainsi possible d'établir des cartographies très précises, beaucoup plus rapidement et avec plus de liberté qu'en se déplaçant avec une voiture ou à pied entre les immeubles ou dans les terrains vagues.

Les drones peuvent aussi filmer de bas en haut les tours sur lesquelles sont installées les antennes, parfois très hautes, pour vérifier que tout est en bon état, grâce à un flux vidéo retransmis au sol en temps réel. Il s'agit pour Nokia et Du de "réduire le nombre de fois que des techniciens doivent grimper et descendre d'une tour télécom", ce qui est "particulièrement important quand les conditions météo font qu'il est trop dangereux de grimper".

A terme, s'il est établi un contrôle aérien efficace, les drones pourraient être entièrement auto-pilotés, pour réaliser de façon autonome les contrôles qui nécessitaient une intervention humaine lente et coûteuse. Une nouvelle illustration de la destruction (peu) créatrice ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés