Asus, qui a des activités dans la téléphonie mobile, n'a pas écarté l'idée d'acquérir l'un de ses rivaux : HTC. Le fabricant taïwanais est en effet en perte de vitesse, faisant de lui une proie potentielle pour d'autres sociétés.

L'étoile de HTC a pâli. Autrefois présent dans le top 5 des constructeurs de smartphones, le constructeur taïwanais est aujourd'hui en panne de réussite. Malgré le renouvellement récent de sa gamme, le fabricant est à la peine face à ses rivaux. Et ce ternissement pourrait bien faire les affaires d'un autre groupe, qui a aussi des activités dans le secteur du mobile.

Selon les informations de Reuters, il s'agit de ASUSTeK Computer.

L'industriel taïwanais, qui s'est lancé dans le marché de la téléphonie il y a maintenant quelques mois avec des terminaux comme le ZenFone 2 et le ZenFone Zoom, n'a pas écarté l'idée d'un achat de son concurrent. Et cette éventualité n'a pas été évoquée n'importe où par n'importe qui. C'est le président du groupe, Johny Shih, qui en a parlé lors de l'assemblée générale annuelle.

"Notre président a discuté de ce sujet en interne", a confirmé le directeur financier, David Chang. "Cela étant dit, les chances d'une acquisition ne sont énormes dans la mesure où ASUSTeK est une entreprise qui a jusqu'à présent misé sur une croissance organique", a-t-il ajouté. Comprendre :  la piste de la croissance externe, c'est-à-dire une fusion ou une acquisition, par exemple celle de HTC, est assez peu probable.

De son côté, HTC ne paraît pas vouloir lier son destin à celui d'une autre entreprise. Le groupe cherche d'ailleurs à se relancer, via les tablettes (avec un partenariat pour construire la Nexus 9 de Google) et les accessoires connectés (une montre). Le groupe a d'ailleurs récemment renouvelé sa direction en choisissant une nouvelle PDG, Cher Wang, à la place de Peter Chou.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés