Twitter a mis à jour ses contrats pour préciser que dorénavant, les données personnelles des Européens seront de la responsabilité de sa nouvelle filiale Twitter International Company, située en Irlande. Mais les données resteront bien sûr accessibles et traitées par la maison-mère Twitter Inc, aux Etats-Unis.

C'est la grande mode chez les éditeurs de services en ligne. Comme Dropbox ou Yahoo avant lui, Twitter a choisi à son tour de déménager ses activités non-américaines en Irlande, pour bénéficier à la fois d'avantages fiscaux et d'une CNIL locale moins regardante sur la protection des données personnelles, même si elle reste soumise aux règles générales imposées par les directives européennes.

Depuis lundi, Twitter impose à ses utilisateurs de nouvelles conditions d'utilisation. Selon nos constatations absolument rien ne change si ce n'est quelques toilettages syntaxiques, et l'ajout de la référence à l'Irlande. Il est désormais précisé à la fin du contrat que "si vous résidez en dehors des États-Unis, il s'agit d'un accord entre vous et Twitter International Company, une société irlandaise dont le siège social se situe à The Academy, 42 Pearse Street, Dublin 2, Ireland".

La politique de confidentialité de Twitter a donc été également revue en conséquence. Auparavant, celle-ci stipulait que "quel que soit votre pays de résidence ou le lieu depuis lequel vous fournissez des informations, vous autorisez Twitter à utiliser celles-ci aux États-Unis ainsi que dans tout autre pays où la société est active". Désormais, "si vous résidez aux États-Unis, vos informations sont contrôlées par Twitter, Inc.", et "si vous résidez en dehors des États-Unis, le responsable du traitement ("data controller") de vos informations est Twitter International Company".

Mais attention, "quel que soit votre pays de résidence ou le lieu depuis lequel vous fournissez des informations, vous autorisez Twitter à les utiliser aux États-Unis, en Irlande, ainsi que dans tout autre pays où Twitter est actif".

Donc concrètement, absolument rien ne change à la politique de protection de la vie privée, les données personnelles des Européens restant à la libre disposition du siège américain. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés