Un rapport du régulateur américain réalisé en 2012, rendu public par erreur, concluait que Google crée "un réel préjudice aux consommateurs et à l'innovation" en abusant de sa position dominante. 

Oops. Alors qu'il devait rester secret, la Commission Fédérale du Commerce (FTC) des Etats-Unis a commis une bourde en transmettant par erreur au Wall Street Journal un rapport de 160 pages réalisé en 2012, qui concluait que Google avait causé "un réel préjudice aux consommateurs et à l'innovation", en abusant de sa position dominante avec son moteur de recherche. Un an plus tard, d'une façon totalement incompréhensible qui trahissait la démission des autorités de régulation face aux géants commerciaux, la FTC décidait pourtant d'abandonner l'essentiel des accusations antitrust et de signer un accord a minima avec Google.

Dans ce rapport réalisé après l'obtention de 9 millions de documents chez Google et ses concurrents, la FTC constatait que Google avait effectivement donné artificiellement plus de poids à ses propres services par rapport à ceux de ses concurrents, dans les résultats du moteur de recherche principal, utilisé par plus de 65 % des Américains et près de 95 % des Européens. Y compris lorsque les services concurrents étaient pourtant plus intéressants ou plus efficaces.

"Si un site de comparaison de marchands d'un concurrent aurait dû être classé plus haut (dans les résultats de recherche), par exemple, Google Shopping était parfois placé au dessus de lui. Et lorsque Yelp était considéré comme un résultat plus pertinent, Google Local apparaissait au dessus", indique le rapport cité par ITWorld.

EXTRAIRE LES FRUITS DE SES RIVAUX

Entre autres pratiques renforçant son abus de position dominante, Google exploitait les sites de ses concurrents pour renforcer ses propres services, et ainsi permettre aux internautes de ne pas aller voir ailleurs. Par exemple, Google utilisait les classements des ventes dans Amazon pour influencer ses propres classements de produits. Pour la FTC, Google a donc "utilisé son pouvoir de monopole sur la recherche pour extraire les fruits des innovations de ses rivaux".

La Commission concluait ainsi que Google présentait "le portrait complexe d'une entreprise travaillant dans l'objectif global de conserver sa part de marché en fournissant la meilleure expérience utilisateur, tout en s'engageant simultanément dans des tactiques qui résultaient dans un tort causé à beaucoup de concurrents verticaux, et qui ont probablement contribué à enraciner le monopole de Google sur la recherche et la publicité".

Au final c'est le consommateur qui est perdant, puisque nombre d'entreprises n'osent plus s'aventurer sur des terrains innovants qui seront immédiatement captés par Google et ses propres services verticaux.

Même si Google continue de se défendre en rappelant que la FTC a finalement préféré écarter les conclusions du rapport et abandonné l'essentiel des griefs, celui-ci renforce la légitimité de l'action entreprise en 2010 par Bruxelles, qui n'est toujours pas achevée. Comme le régulateur américain, la Commission européenne est tentée de négocier un accord au rabais pour éviter des poursuites à l'issue incertaine, qui feraient traîner la procédure encore de longues années, avec le risque d'un échec en bout de course. Entre les Etats et les grandes multinationales, ce sont donc bien ces dernières qui ont le plus grand pouvoir de pression.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés