La société éditant l'Encyclopædia Universalis a déposé le bilan, incapable de tenir la distance face à Wikipédia. Elle a été placée en redressement judiciaire et ses perspectives futures sont particulièrement sombres.

À l'ère de Wikipédia, quelle place peut occuper une encyclopédie comme celle proposée par Encyclopædia Universalis ? À cette question, les Français ont tranché : une place de plus en plus réduite. En effet, ces derniers ont depuis longtemps pris possession de l'encyclopédie libre, gratuite et ouverte aux contributions, délaissant de fait les solutions dont l'accès aux contenus est payant et verrouillé.

Résultat, les autres encyclopédies disparaissent progressivement. On se souvient par exemple d'Encarta, qui était celle éditée par Microsoft.  Celle-ci a été fermée fin 2009, lorsque la firme de Redmond a admis que le marché avait été conquis en quasi-totalité par Wikipédia (sa part de marché atteignait en 2009 97 % des visites à des encyclopédies en ligne, selon une étude de l'époque).

Dépôt de bilan d'Universalis

Cette fois, c'est au tour d'Encyclopædia Universalis d'être sur la sellette. Le Monde signale que la société française qui l'édite a été placée en redressement judiciaire fin octobre pour une période de six mois, sur décision du tribunal de commerce de Nanterre. L'aventure de la PME, démarrée il y a quarante-cinq ans, paraît aujourd'hui sur le point de s'achever.

Si Encyclopædia Universalis n'a pas encore tout à fait rendu les armes (une restructuration de l'entreprise et l'arrivée de nouveaux actionnaires sont toujours envisageables, ce qui lui offrirait la possibilité de prolonger ses activités et de retarder une échéance qui semble cependant inéluctable), les raisons du désintérêt des Français pour cette encyclopédie sont évidentes et multiples.

La concurrence féroce de Wikipédia

Sur son site, Universalis se targue de faire appel à plus de "7200 spécialistes de leur discipline" pour rédiger les textes de l'encyclopédie, ajoutant que "leur signature garantit au lecteur l'exactitude des informations publiées". Mais que peuvent faire ces experts devant la mobilisation de dizaines de milliers de contributeurs provenant du monde entier ?

Sur la seule déclinaison francophone de Wikipédia, il y a eu près de 16 000 internautes qui ont été actifs au cours du dernier mois. C'est plus du double de la totalité des spécialistes mobilisés par Encyclopædia Universalis. L'effet est immédiat : l'évolution de Wikipédia est beaucoup plus dynamique (il suffit de voir le nombre d'articles recensés) que la concurrence.

Évidemment, tous les contributeurs ne sont pas des personnalités reconnues dans leur domaine, mais certains ont une réelle expertise. Parmi eux figurent aussi des universitaires. Et si Wikipédia est loin d'être parfait et peut tout à fait l'objet de critiques, l'encyclopédie en ligne n'a pas à rougir face aux autres encyclopédies. Dans certains domaines, comme les sciences, elle est jugée très fiable.

La question du modèle économique

Est-ce alors un éventuel raté du virage numérique qui a handicapé Encyclopædia Universalis ? Cette explication paraît improbable, dans la mesure où des supports CD / DVD ont été proposés dès 2000 tandis que le contenu de l'encyclopédie a été mis en ligne sur un site web. Ont-ils trop tardé à occuper l'espace numérique, alors ? Ou est-ce le modèle d'Universalis qui ne pouvait pas rivaliser ?

Universalis et Wikipédia sont en effet diamétralement opposées.

La première est une encyclopédie payante (par exemple 39 euros par an pour la version junior, soit à peine 3,25 euros par mois) et ses contenus ne peuvent être modifiés. À l'inverse, Wikipédia est totalement gratuite (bien que des dons soient régulièrement sollicités) et ouverte aux contributions. Cela pèse aussi dans les relations entre le projet et ses lecteurs, qui sont verticales dans un cas et horizontales dans l'autre.

( photo : CC BY-SA Codex )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés