Avec la généralisation de la 4G en France métropolitaine, l'ARCEP a commencé à effectuer des mesures de qualité de service ciblant le très haut débit mobile. Ces premières observations, qualifiées d'expérimentales, seront précisées dans une prochaine enquête. Mais déjà, les premières données sont disponibles.

Évoquée ce printemps lors d'une séance de questions / réponses avec les internautes concernant le très haut débit mobile, l'enquête de l'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) sur la qualité des services a été publiée (.pdf) ce lundi. Et si celle-ci a principalement porté sur les normes 2G et 3G, des mesures "expérimentales" ont aussi été effectuées en 4G.

Débits médians trois fois supérieurs

Sur le très haut débit mobile, l'ARCEP a constaté que "les débits médians avec des offres 4G sont environ 3 fois supérieurs à ceux obtenus avec des offres 3G". Si la 3G offre un débit ascendant médian de 1,5 Mbit/s, celui passe à 5,5 Mbit/s en 4G. Concernant le débit descendant médian, la 3G se situe à 7,2 Mbit/s tandis que la 4G atteint 17,9 Mbit/s.

Ces résultats doivent toutefois être lus avec distance. Ces tests ont eu lieu dans dix communes uniquement (Paris, Lyon, Lille, Marseille, Strasbourg, Nantes, Toulouse, Toulon, Saint-Étienne et Montpellier), sélectionnées sur la base des déclarations des opérateurs annonçant la couverture de telle ou telle ville. De plus, seules des mesures à l'extérieur des bâtiments ont été effectuées.

Pas encore de distinction entre opérateurs

Du fait du caractère expérimental de cette première évaluation, l'ARCEP n'a pas été en mesure de distinguer les opérateurs des uns des autres. Cela étant, le gendarme des télécoms a néanmoins relevé que "de fortes disparités existent entre opérateurs en 4G : le débit médian des offres 4G est 6 fois plus important chez le meilleur opérateur que chez le moins bon".

Leur identité n'a pas été communiquée par l'ARCEP. Le dernier de la classe dispose donc d'un peu de répit pour améliorer le débit médian de l'offre 4G qu'il vend à ses clients, avant que son nom ne soit révélé. L'autorité prévoit en effet la publication d'une prochaine enquête qui, cette fois, "comprendra des résultats 4G opérateur par opérateur".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés