Jean-Jacques Goldman a fait retirer une vidéo YouTube réalisée par des soutiens au maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, au motif que ses droits d'auteur avaient été violés.

Celui qui se rêvait censeur se retrouve censuré. En janvier dernier, la mairie de Levallois-Perret tenue par les époux Balkany avaient demandé la censure d'un clip favorable à la liberté d'expression diffusé sur YouTube par un groupe de rappeurs. Deux mois plus tard, la vidéo concernée est toujours en ligne mais en revanche, un autre clip, favorable cette fois au couple Balkany, a été supprimée par YouTube.

"Sur un air de Goldman révisité, émouvant témoignage des élus et militants pour Patrick Balkany", avait annoncé fièrement son épouse et adjointe Isabelle Balkany, dans un message publié le 8 mars dernier sur Twitter :

Mais la vidéo a été supprimée par le site américain, sur la demande de l'auteur-compositeur Jean-Jacques Goldman. "On a pris un avocat pour que cette chanson soit enlevée car les paroles ne sont plus les mêmes", a expliqué mardi le chanteur lors d'une conférence organisée par la Sacem.

L'auteur a tous les droits jusqu'à mort et au delà

En l'espèce, la chanson était une reprise modifiée de la chanson "Famille" (avec le refrain "tu es de ma famille"), sortie il y a 29 ans dans l'album Non Homologué. Un délai suffisamment long pour penser qu'elle appartient à tout le monde et qu'elle peut être librement reprise et adaptée par quelques habitants de la commune des Hauts-de-Seine ? 

Point du tout. Le droit d'auteur confie à Jean-Jacques Goldman les droits exclusifs sur son oeuvre jusqu'à sa mort, et les perpétuera au bénéfice de ses héritiers pendant encore soixante-dix années supplémentaires. Mieux, le droit moral de l'auteur, qui est celui de ne pas voir son nom ou son oeuvre sali par une exploitation malheureuse d'une création, est infini dans le temps.

Jean-Jacques Goldman avait donc de nombreuses possibilités de s'attaquer à cette reprise, que ce soit sous l'angle de ses droits de compositeur de la mélodie, ou sous l'angle du droit moral. C'est ce dernier qu'il dit avoir plaidé, ce qui paraît peu vraisemblable — il est toujours bien moins hasardeux pour un avocat d'aller sur le terrain objectif des droits patrimoniaux tels que les droits exclusifs sur la composition, que sur le terrain hautement subjectif du droit moral. Sans doute les deux ont-ils été liés.

Selon Le Figaro, chaque couplet de la chanson de six minutes avait été modifié. "On est là tous ensemble / Tous à la permanence / Pour une nouvelle échéance", disaient les chanteurs dont on regrette de ne pas pouvoir écouter l'organe. "Levallois c'est ta vision / Une vie de passion et d'ambition / On s'y retrouve tôt ou tard et ça ce n'est pas par hasard / Nous on aime bien cette histoire".

"En un instant, on se comprend / On baissera jamais les bras et tu tomberas pas / Parce qu'on a trop besoin de toi".

Conseil aux Balkany : la prochaine fois, pour éviter toute censure, diffusez vos vidéos contrefaites sur BitTorrent. Il sera impossible de les censurer.

Pour saluer la cohérence, on se souviendra cependant que Patrick Balkany fut parmi les très rares députés UMP à s'opposer à la loi DADVSI sur les droits d'auteur et droits voisins dans la société de l'information, qui renforçait toujours davantage les droits des créateurs au détriment des droits du public.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés