S'inspirant du modèle espagnol, mais avec une stratégie plus locale, la police française teste l'utilisation de Twitter dans 5 départements, pour se rapprocher des citoyens.

Mise à jour : la police a oublié de réserver les autres comptes Twitter qu'elle est susceptible d'utiliser pour les autres départements.

En juin dernier, nous avions montré comment la police espagnole a noué un contact privilégié avec ses concitoyens en utilisant Twitter de la meilleure des manières, en associant informations utiles et humoristiques pour réunir un maximum d'abonnés. Alors que la police française n'atteint pas les 7000 abonnés sur Twitter, la Policía Nacional en compte 100 fois plus. 

L'enjeu est beaucoup plus qu'anecdotique, puisque l'utilisation intelligente des réseaux sociaux permet à la police espagnole d'être très bien respectée par les citoyens, et d'obtenir de leur part une collaboration active lorsqu'il s'agit de relayer un message de vigilance, un appel à témoins, ou d'obtenir des informations sur des délits constatés ci et là.

Alors que le ministre de l'intérieur Manuels Valls conseille de "ne pas trop regarder les réseaux sociaux", la police française aurait tout intérêt à s'y montrer plus active, plus proche de ceux qu'elle sert. Selon un récent sondage réalisé par l'IFOP (.pdf), seuls 30 % des Français considèrent que les policiers sont "proches de la population", et ce chiffre chute à 22 % chez les 18-24 ans, grands utilisateurs de Twitter ou Facebook. Une grande majorité de Français (67 %) ont certes une "bonne opinion" de la police, mais il reste un tiers d'entre eux qui ont une image négative du travail des policiers.

Timidement, la Police nationale française pourrait donc s'inspirer du modèle espagnol, qui fait des envieux partout dans le monde. Mais avec une approche plus locale. Ainsi, Ouest-France rapporte que "cinq directions départementales de la sécurité publique (DDSP) ont ouvert à titre «pilote» des comptes Twitter locaux de la police nationale" :

Selon Jean-Christophe Bertrand, directeur de la police de Loire-Atlantique, il s'agit bien de nouer "des relations de confiance avec les internautes", de "mieux expliquer le fonctionnement de la police nationale, et de valoriser ses actions sur le terrain".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés