Après l'annonce de l'intention du groupe Bertelsmann de prendre le contrôle de Napster, de violentes disputes les ont opposé aux actionnaires actuels de la société. Aujourd'hui, Napster licencie 30 de ses employés, soit près d'un tiers de tout son personnel, ce qui n'augure rien de bon pour la suite à donner aux activités du premier logiciel de peer-to-peer à avoir vu le jour.

Napster, célèbre pour son procès hautement médiatisé, devrait bientôt réapparaître sur la scène du peer-to-peer sous forme commerciale et bien sûr, légale. Pour l’instant, l’ouverture de ce nouveau service soumis à abonnement est contrarié par les nombreux refus des majors d’ouvrir leur catalogue. Ainsi Napster n’a toujours pas trouvé d’arrangement avec AOL Time Warner, Vivendi Universal et Sony Music, autant dire avec les plus grands groupes mondiaux de l’industrie de la musique.

Konrad Hibers, le PDG de Napster, a commenté ces licenciements en affirmant qu’ils étaient nécessaires pour « rationaliser ses opérations ».

Tout va au plus mal pour Napster puisqu’il y a un mois l’oncle du célèbre John Fanning (le créateur de Napster) avait intenté une action en justice pour remplacer deux des quatre membres du conseil d’administration. Celui ci prétendait que les actionnaires avaient voté ce changement, mais les deux membres concernés avaient alors fait valoir l’invalidité du vote.

L’offre de rachat par Bertelsmann, estimée à 30 millions de dollars, ne fait pas loin de là l’unanimité et les relations du groupe avec les investisseurs de Napster n’ont jamais été aussi mauvaises…

Verra t-on un jour naître le Napster nouveau ? Rien n’est moins sûr.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés