Bouygues Télécom annonce l'itinérance 4G au Canada, en partenariat avec l'opérateur Rogers Communications. Le groupe français, qui bénéficie pour l'heure de la meilleure couverture 4G du territoire grâce au recyclage des fréquences 2G, veut ainsi asseoir son avance. Mais l'intérêt de ce partenariat pour le client paraît très limité.

La 4G est incontestablement le nouveau cheval de bataille des opérateurs. Orange, SFR, Virgin Mobile, NRJ Mobile… tous s'efforcent de convaincre les usagers qu'il est temps d'entrer dans l'ère du très haut débit mobile. La communication bat son plein, aussi bien au niveau de la couverture du territoire, des tarifs, des services et des nouvelles perspectives que la 4G est censée offrir.

Dans ce domaine, Bouygues Télécom n'est pas le dernier à faire la promotion de ses offres. L'opérateur se montre en fait plutôt offensif, dans la mesure où il bénéficie d'une relative avance sur ses concurrents : le groupe a en effet obtenu de l'ARCEP le droit de recycler ses fréquences 2G pour les utiliser afin d'étendre la couverture du territoire en 4G. Bouygues a donc une fenêtre de tir à exploiter.

C'est d'ailleurs ce qu'il fait, et plus encore. Ce jeudi, l'entreprise annonce l'ouverture du premier service d'itinérance 4G en France avec le Canada. Bouygues indique avoir conclu un partenariat avec Rogers Communications, un important opérateur local. "Il s’agit du premier service de roaming 4G mis en œuvre par un opérateur français, et l’un des premiers à l’échelle européenne", se félicite Bouygues.

Mais le communiqué doit être lu avec prudence. Certes, "grâce à cet accord, les clients des deux opérateurs pourront profiter de la vitesse de la 4G à la fois en France et au Canada, sur les réseaux 4G de ces deux pays", est-il expliqué. Mais celle-ci n'a d'intérêt que pour l'Internet mobile. Or, le communiqué ne précise pas si un certain volume peut être consommé gratuitement (via le forfait).

Si ce n'est pas le cas, il faut alors se référer aux tarifs de l'opérateur français. Le Canada est listé en "zone B" dans la brochure. Cela signifie que l'Internet mobile coûte 10,24 euros par Mo consommé. Donc gare à la navigation, car la facture pourrait exploser (concernant les clients Carte Prépayée et Forfait bloqué, un blocage s'effectue lorsque le seuil de 5 Mo est atteint, soit 60 euros).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés