Alors qu'il est sous le coup d'une plainte pour tromperie déposée par l'UFC-Que Choisir, SFR annonce ce lundi l'extension de son réseau 4G à plusieurs villes de province : Brest, Clermont-Ferrand, Dijon, Le Mans, Troyes. "La petite couronne parisienne", constituée par les départements des Hauts-de-Seine (92), de Seine-Saint-Denis (93) et Val-de-Marne (94) est également couverte par l'opérateur.

Selon SFR, ce sont désormais 415 villes qui sont couvertes par son réseau de très haut débit 4G, avec un objectif de couverture de 40 % de la population dans 1 200 villes d'ici la fin de l'année. 

"Ce déploiement national sans précédent est rendu possible grâce, notamment, à l’utilisation de la bande de fréquences des  800 Mhz qui permet une meilleure portée avec un nombre de sites mobile réduit ainsi qu’une meilleure couverture à l’intérieur des bâtiments", explique SFR. Mais malgré la plainte de l'UFC-Que-Choisir, SFR continue d'entretenir l'ambiguïté sur la définition du "très haut débit mobile", en associant 4G et Dual Carrier dans un même discours marketing.

Ainsi selon son communiqué, d'ici la fin de l'année "SFR proposera avec le Dual Carrier et la 4G (DC-HSPA+ et LTE) une couverture de 70 % de la population, soit la meilleure couverture très haut débit mobile en France". Or la 4G permet un débit théorique maximum de 115 Mbps, contre 42 Mbps pour le Dual Carrier.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés