Rejoignant un mouvement international, le sénateur Pierre Bernard-Reymond demande au ministre de l'intérieur Manuel Valls d'interdire aux piétons d'utiliser leur smartphone lorsqu'ils traversent la rue.

Traverser la route ou téléphoner, il faudra peut-être un jour choisir. Le sénateur Pierre Bernard-Reymond (ex-UMP désormais non-inscrit) a en effet interpellé le ministère de l'intérieur pour demander à Manuel Valls "s'il n'estime pas utile, pour assurer une meilleure sécurité des piétons, de leur interdire l'usage du téléphone portable lorsqu'ils empruntent des voies ouvertes à la circulation automobile ou lorsqu'ils utilisent des passages protégés pour les traverser".

La question, publiée cette semaine au Journal Officiel du Sénat, est moins saugrenue qu'elle n'y paraît. Même s'il n'existe à notre connaissance aucune donnée chiffrée en France pour le démontrer, les téléphones et baladeurs MP3 sont jugés responsables d'une augmentation du nombre des piétons tués sur la route, du fait d'une certaine inattention. En 2012, une étude américaine avait montré que les accidents graves de piétons avaient triplé en six ans, à cause des smartphones et baladeurs MP3. En Australie, en 2010, la croissance des accidents de piétons avait aussi été attribuée aux mobiles.

"Avec la généralisation des téléphones mobiles et des lecteurs mp3, un nouveau type d’accident a fait son apparition : les accidents impliquant un piéton en train de téléphoner ou d’écouter de la musique", assure de son côté la Prévention Routière. "Distrait par sa conversation (ou sa musique), le piéton ne participe plus attentivement à la circulation routière et n'entend pas arriver les véhicules. Limitez donc l’usage de ces appareils quand vous marchez dans la rue. Si vous utilisez un lecteur mp3, pensez au moins à baisser le volume sonore".

En 2011, 485 piétons ont été tués en France, et plus de 11 900 ont été blessés. Or contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas forcément en traversant n'importe où que les piétons sont accidentés, mais aussi lorsqu'ils empruntent les passages qui leur sont dédiés. Ainsi, un mort sur trois a été percuté sur un passage piéton. Mais la raison principale des accidents mortel, qui se produisent surtout l'hiver, reste le manque de visibilité.

Aux Etats-Unis, le phénomène est déjà pris très au sérieux, puisqu'il est désormais possible de se voir infliger une amende si l'on compose un SMS en marchant dans la rue. Il y a deux ans, une sénatrice de New York avait demandé également des sanctions contre les piétons qui téléphonent sans faire attention aux voitures.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés