La France est un marché qui intéresse Netflix. Déjà présent dans plusieurs pays européens, la plateforme américaine de SVOD planche sur son lancement dans l'Hexagone. Selon la revue spécialisée Satellifax, des négociations sont en cours depuis le début du mois avec des ayants droit français.

Voilà plus d'un an que l'on évoque l'arrivée de Netflix en France, en vain. À chaque fois, le service de vidéo à la demande avec abonnement (SVOD) a déjoué les pronostics en misant sur d'autres pays : d'abord l'Angleterre et l'Irlande début 2012, puis quatre pays scandinaves quelques mois plus tard (Danemark, Finlande, Norvège et Suède). Dernièrement, Netflix a posé ses valises aux Pays-Bas.

La plateforme américaine s'intéresse pourtant à l'Hexagone, à en croire les bruits de couloir. À raison : le pays est l'un des plus importants marchés en Europe et son industrie cinématographique est en meilleur état que dans d'autres pays. La filière professionnelle est structurée, quoique dépendante du secteur de la télévision, et réputée pour sa production conséquente.

À en croire le magazine spécialisé Satellifax, les positions des divers protagonistes seraient en passe d'évoluer. Des négociations ont été entamées au début du mois "auprès de plusieurs détenteurs de droits en France" avec, à la clé, l'acquisition de certaines séries télévisées. Manifestement, le déploiement de Netflix n'est qu'une question de temps même si une annonce pour 2013 paraît improbable.

En s'engageant en France, Netflix devrait s'adapter au cadre imposé par la chronologie des médias, qui veut que l'exploitation en SVOD d'un film se fasse trois ans après sa sortie en salle. Autrement dit, les films actuellement à l'affiche ne seront pas proposés avant 2016, sauf à imaginer une nouvelle révision du dispositif actuel, dont la dernière modification remonte à 2009.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés