Quelques jours avant la présentation officielle de l'iPhone 5C, l'organisation China Labor Watch publie un rapport dans lequel il dénonce les conditions de travail imposées dans l'usine chargée de la production de ces iPhone low-cost.

L'organisation de protection des droits des ouvriers chinois China Labor Watch, qui a déjà plusieurs fois dénoncé par le passé les conditions de travail très dures dans des usines de production de produits Apple ou encore Samsung, vient de publier un nouveau rapport qui tombe au plus mal pour la firme de Cupertino. Alors qu'Apple doit présenter mercredi la version à bas coût de son smartphone, l'iPhone 5C, Chine Labor Watch dénonce de très nombreuses irrégularités dans l'usine chargée de leur production, basée à Wuxi, près de Shanghai.

L'accusation est d'autant plus rude que l'usine en question est cette fois détenue par un groupe américain, Jabil, et non un groupe asiatique, ce qui était censé garantir un meilleur respect du code de conduite "imposé" par Apple à ses fournisseurs, et des normes occidentales.

"Parmi les infractions constatées par CLW figurent des millions de dollars d'heures supplémentaires impayées ; plus de 100 heures mensuelles de temps de travail supplémentaire obligatoire, trois fois supérieures aux limites légales ; plus de 11 heures de travail debout tous les jours sans repos à l'exception des 30 minutes de pause-déjeuner , une formation professionnelle illégalement inadéquate ; des discriminations à l'embauche, et plus encore", dénonce China Labor Watch.

Pour appuyer son rapport, l'association a publié une vidéo dans lequel il détaille les conditions de travail d'une ouvrière typique de l'usine. Elle doit travailler debout 12 heures par jour, et n'a même pas le temps de s'asseoir durant la pause-déjeuner (après s'être rendue à la cantine et avoir fait la queue pour obtenir son repas, il lui reste 5 minutes pour manger), travaille 69 heures par semaine, doit produire 90 coques d'iPhone par heure (ce qui l'oblige à violer les procédures de sécurité officiellement mises en place), … et lorsqu'elle rentre enfin dans son dortoir, 14 heures après être partie de chez elle, c'est bien sûr exténuée, avec la seule envie de dormir. Pour mieux repartir le lendemain matin. 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos