La FTC a décidé d'ouvrir une enquête et devra donner son feu vert, avant que ne devienne définitive l'acquisition par Google du service de GPS communautaire Waze.

Mise à jour – Un document boursier communiqué à l'autorité de réglementation des activités boursières aux États-Unis (SEC) permet désormais de connaître le montant déboursé par Google pour acquérir Waze : 966 millions de dollars.

Sujet du 24 juin – Alors qu'on l'attendait dans l'escarcelle de Facebook, c'est Google qui a annoncé ce mois-ci le rachat de Waze. Le géant des moteurs de recherche s'est offert le service de GPS communautaire pour compléter sa propre offre de services de géolocalisation, et renforcer ses positions sur le marché de plus en plus concurrentiel des publicités locales.

Mais l'affaire est pour le moment mise en suspens. Selon le Wall Street Journal, la Commission Fédérale du Commerce (FTC) a informé Google qu'il souhaitait d'abord vérifier la légalité de l'acquisition du service israélien au regard des lois antitrust, qui doivent empêcher la création de positions monopolistiques aux États-Unis.

Alors que Google a expliqué qu'il rachetait Waze pour étendre les fonctionnalités de Google Maps, notamment grâce aux informations en temps réel transmises par les utilisateurs sur l'état du trafic et les incidents rencontrés sur la route, la FTC souhaiterait vérifier si la firme de Mountain View n'a pas eu pour principale motivation le fait de ne pas laisser un concurrent mettre la main sur un service de cartographie en vogue.

La Commission pourrait aller jusqu'à inspecter les e-mails échangés en interne chez Google, pour y trouver les arguments échangés entre les protagonistes de l'affaire. De quoi permettre à Google de mettre en oeuvre sa technologie d'identification des "phrases problématiques" pour nettoyer ses archives.

Sauf à ce que Facebook ou d'autres acteurs (Microsoft, Yahoo… ?) demandent à ce qu'elle soit très poussée, l'enquête ne devrait cependant pas beaucoup inquiéter Google. La FTC a déjà démontré sa bienveillance à l'égard du géant américain, en refusant de s'intéresser au classement de ses résultats de recherche qui mettent en avant ses propres services au détriment de la concurrence.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés