La fondation Mozilla s'est alliée à Samsung pour poursuivre la conception de Servo, un nouveau moteur de rendu. Bâti avec un tout nouveau langage, Rust, Servo est pour l'instant un projet expérimental. Il n'est pas certain qu'il prenne un jour la relève de Gecko, le moteur de rendu actuellement utilisé dans Firefox.

Développé à la fin des années 90, le moteur de rendu Gecko est aujourd'hui exploité par Firefox pour afficher des pages web à l'écran. En mesure de fonctionner au sein de multiples environnements (Windows, Mac OS X, GNU/Linux…), il est le troisième moteur de rendu le plus utilisé sur le web, derrière Trident (Internet Explorer) et WebKit (Safari et Google Chrome et Opera).

À l'heure actuelle, la fondation Mozilla n'a pas l'intention de remplacer Gecko par un nouveau moteur de rendu. Toutefois, cela ne l'empêche pas de lancer des projets de recherche et de développer des prototypes afin "d'explorer de nouvelles approches, de nouveaux schémas et de nouvelles technologies", comme l'explique Paul Rouget, développeur au sein de la fondation Mozilla.

C'est dans ce contexte qu'est né Servo, un nouveau moteur de rendu expérimental. Développé en partenariat avec Samsung, il est écrit dans un tout nouveau langage de programmation, mis au point spécialement pour l'occasion par Mozilla : Rust. Inspiré du C++, Rust se veut plus efficace lors de traitements qui doivent être mis en parallèle tout en demeurant sûrs.

Le rôle de Samsung sera d'aider la fondation Mozilla à porter le projet vers la plateforme mobile Android et l'architecture ARM, qui sont particulièrement répandues dans le secteur des smartphones et des tablettes multimédias. Selon Mozilla, "Samsung a déjà contribué au backend ARM de Rust ainsi qu'à l'infrastructure nécessaire à la compilation vers Android".

"Servo est une tentative de rebâtir le navigateur web à partir de zéro sur du matériel moderne, de repenser les anciennes suppositions au fur et à mesure. Cela signifie de s'attaquer aux causes des vulnérabilités tout en concevant une plateforme qui peut utiliser pleinement les performances du matériel de demain pour permettre des expériences nouvelles et enrichies sur le web", explique la fondation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés