En Italie, le gérant d'un site de liens a été condamné à 5 mois de prison et 5000 euros d'amende. Il a également été condamné à dédommager la SACEM italienne à hauteur de 15 000 euros. Le propriétaire du site, ouvert en 2008, proposait des liens menant vers des contenus protégés par le droit d'auteur.

C'est un jugement qui survient pratiquement un mois après la condamnation du responsable d'ItalianShare, un site qui comptait plus de 31 000 liens menant vers des fichiers protégés par le droit d'auteur. Dans son édition du 15 mars, le quotidien italien Les Nouvelles d'Arezzo signale que le propriétaire du site Vedogratis a été condamné à 5 mois de prison par le tribunal de la ville.

Outre la peine de prison, l'accusé – un homme de 43 ans – devra payer une amende de 5000 euros et verser 15 000 euros de dommages et intérêts à la société italienne des auteurs et éditeurs (SIAE), qui s'était constituée partie civile. Selon Torrentfreak, la plateforme née en 2008 se finançait grâce à la publicité et accueillait chaque jour entre 20 000 et 100 000 visiteurs.

Le site n'hébergeait pas directement les fichiers incriminés, mais centralisait des liens permettant d'accéder à des films et des séries TV piratés. Vedogratis s'appuyait en particulier sur MegaVideo, qui était également très populaire en France avant sa fermeture début 2012. Chaque mois, plus de 3 millions d'internautes français s'y connectaient pour voir des vidéos.

En Italie, la lutte contre le téléchargement illicite ne se fait pas au travers d'un mécanisme comme la riposte graduée. En revanche, les ayants droit n'hésitent pas à aller en justice pour réclamer le blocage des principaux sites accusés de favoriser le piratage. Ainsi, les FAI ont dû procéder au blocage de The Pirate Bay et de BTJunkie, poussant les internautes à chercher des alternatives.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés