Le moteur de recherche DuckDuckGo estime que la façon dont Google impose son moteur de recherche à travers Chrome et Android crée une situation de distorsion de concurrence, susceptible de faire condamner Google dans le cadre de l'enquête antitrust ouverte aux Etats-Unis.

Dans notre comparatif des alternatives à Google, le moteur de recherche DuckDuckGo était ressorti comme le plus convaincant. Doté d'une interface dépouillée qui donne la part belle aux résultats, lesquels sont d'une qualité satisfaisante (certes moins que Google), DuckDuckGo a pour particularité de placer certaines valeurs au dessus des intérêts commerciaux. Ainsi, le site se refuse à établir des profils de ses utilisateurs, et délivre les mêmes résultats à tout le monde, ce qui a pour avantage de ne pas enfermer l'internaute dans ses propres schémas de pensée.

Mais DuckDuckGo se dit aujourd'hui menacé par Google. Non pas par le site internet du moteur de recherche, qui était déjà là et dominant lorsque DuckDuckGo s'est lancé il y a 5 ans, mais par les autres services que Google développe pour rendre le moteur de recherche Google incontournable. 

Le Chicago Tribune raconte en effet que le fondateur de DuckDuckGo, Gabriel Weinberg, était auditionné mercredi par la Commission Fédérale du Commerce (FTC), qui enquête sur les pratiques d'abus de position dominante de Google. A cette occasion, Weinberg a expliqué qu'il était très difficile de faire connaître son moteur de recherche dans un environnement global qui est de plus en plus contrôlé par Google.

En particulier, DuckDuckGo reproche à Google d'avoir rendu difficile le choix d'un moteur de recherche alternatif dans Chrome, utilisé lorsque l'internaute utilise la barre d'adresses du navigateur Chrome. Il faut en effet savoir se rendre dans les paramètres, cliquer sur le bouton "gérer les moteurs de recherche", puis se rendre tout en bas du listing pour enfin trouver comment ajouter manuellement un moteur qui n'existe pas dans la liste, en sachant comme formater l'URL générique. "En général les gens échouent", constate Weinberg :

 Alors qu'en comparaison, sur Firefox, il suffit de se rendre sur DuckDuckGo.com, de cliquer sur l'icône "Google" dans l'interface du navigateur pour avoir accès à une liste déroulante présentant d'autres moteurs de recherche, et une option "Ajouter DuckDuckGo" :

Gabriel Weinberg se plaint aussi de l'intégration encore plus poussée de Google dans son système d'exploitation Android, qui est en train d'écraser la concurrence. Il a expliqué à la FTC que DuckDuckGo pouvait être ajouté en tant qu'application Android, mais que c'était tout de même moins pratique pour les utilisateurs que le moteur de recherche intégré directement à l'interface de l'OS mobile.

Or tout le problème vient des parts de marché de Google sur ces deux vecteurs. Chrome se situe entre 30 et 35 % de parts de marché pour les navigateurs web, et Android équipe désormais plus de 3 smartphones sur 4. De quoi vérifier l'existence d'une "position dominante". Reste ensuite à prouver qu'il en abuse pour écarter volontairement DuckDuckGo et ses autres concurrents, ce qui sera beaucoup plus complexe.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés